Salamin Magazine

Afrique de l’ouest / Economie : Le Bénin va s’endetter pour 397 milliards FCFA à travers des intermédiaires sur le marché international

A travers un décret signé du Président de la République et du Ministre de l’économie et des finances le 28 février 2019, ce dernier est autorisé « à procéder à l’émission de bons et obligations du Trésor sur les marchés local et international » pour un montant indicatif de 397.895.000.000 FCFA. Des opérations qui nécessitent l’intervention d’intermédiaires. La particularité, c’est l’émission, pour une première fois d’eurobonds.

Pour ces opérations, cartes blanche est donnée au Ministre Romuald Wadagni et à ses collaborateurs « d’utiliser les instruments de mobilisation de fonds ci –après en fonction conditions des marchés : bons et obligations du trésor par adjudication avec le concours de l’Agence UMOA-Titres, obligations du trésor par syndication, euro-obligations », précise le décret. Et le décret précise : « dans le cadre des émissions par syndication et euro-obligations, les modalités et les conditions d’intervention des Sociétés de Gestion et d’Intermédiation, des banques co-arrangeurs et des équipes de conseillers juridique et financier et d’autres intervenant habilités seront précisées dans une convention entre eux et le ministre de l’économie et des finances ».

Selon d’autres sources rapportées par l’agence de presse Bloomberg, des discussions sont en cours avec des banques européennes

Il est vrai que les marchés sous-régionaux ne sont pas exclus pour cet endettement massif, mais l’option du marché international et des intermédiaires pourrait laisser que la signature du bénin n’est plus crédible dans la sous-région. D’autres habitués du milieu économique se posent des questions sur les propriétaires réels des banques et autres institutions qui seront sollicitées dans ces différentes opérations.

Ces dernières années, le Bénin a multiplié les opérations de prêts pour financer ses projets inscrits dans le Programme d’action du gouvernement (PAG). Mais jusque-là, le pays s’est contenté d’émettre des titres sur le marché sous-régional et de contracter des prêts bilatéraux et multilatéraux.

En 2018, l’agence de notation internationale Standard & Poor’s (S&P) attribuait une note B+/B au Bénin en légère progression par rapport à la note B/B accordée au pays en 2012. Les experts estimaient d’ailleurs que cette note pourrait être dégradée si les réformes économiques ralentissent ou si la dette économique du pays augmente considérablement.

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires