Salamin Magazine
Image par defaut 1

Sous un air de corruption parlementaire

Avec la vacuité des arguments soulevés par la plupart des députés lors du débat en plénière sur la révision de la Constitution, le nombre excessif de procurations et les accusations tôt dans la matinée de deux députés, il était loisible de déduite que quelques choses n’allaient pas. Ou encore, que quelque-chose est allée trop bien.

Un député a affirmé voté POUR le projet parce qu’il a toujours rêvé voter une Constitution dans sa vie. Un autre a soutenu voté POUR parce que le Chef de l’État a promis construire de route dans sa localité. Un troisième a clamé voter CONTRE parce que le contenu du projet est mauvais, faisant ainsi fi de son droit d’amendement ; encore que le débat de fond n’était sérieusement pas encore engagé.

Bref, que Rosine Soglo parle d’achat massif de députés ne fait que confirmer la méfiance qu’avaient beaucoup de personnes par rapport à une éventuelle voie parlementaire si le projet avait été pris en compte.

Si les députés qui s’autoproclament immaculés retournent entendre l’audio de l’ancien ministre et surtout leur ancien collègue Candide Azannai sur les couloirs financiers de l’élection du président de l’Assemblée nationale le 19 mai 2015.

Que ces députés aillent relire les dénonciations d’achat de partis de Cyprien Koboude lors de la dernière élection présidentielle.

Qu’ils se rappellent que ce sont eux-mêmes qui accusaient certains de leurs collègues d’être impliqués dans la “location” de logos en faveur de Lionel Zinsou.

Et comme le rappelait si bien hier un respectable aîné à moi, un député d’une certaine législature avait annoncé fièrement avoir élargi son “équipe de femmes” grâce à l’argent de la corruption parlementaire.

Accuser Rosine Soglo de dénonciation d’achat de vote de députés, on peut le faire dans la forme. Mais dans le fond, maman a dit ce que beaucoup savaient déjà. Et ce sont les députés eux-mêmes qui nous l’avaient dit.

 

Mais qu’on ne se leurre pas. La voie Cotonou-Porto-Novo est si large que si l’argent a circulé hier, c’est dans les deux sens.

 

Le rejet du projet n’est ni un hasard, ni innocent.

 

Joël C. TOKPONOU

 

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires