Salamin Magazine
IMG-20180331-WA0003

Alimentation : Tomate fraîche du Niger disputée à Parakou

Alimentation : Tomate fraîche du Niger disputée à Parakou

Samedi 31 mars 2018, marché dépôt de Parakou, un fait attire l’attention d’un visiteur. Un attroupement plutôt étrange devant cet important marché secondaire de la ville mobilisés curiosité de Paul, en déplacement à Parakou qu’il n’a pas visitée depuis dix ans déjà.

Il s’approche donc et constate une opération de déchargement de sac d’oignon qu’une foule de femmes acheteurs potentiels attendait au pied du camion. Mais curieusement elles ne se précipitent pas sur ces sacs comme il y a dix ans quand il vivait encore à Parakou.

Alors il décide tout de même de patienter un peu pour voir la scène. Subitement des femmes qui jusque là étaient presque indifférents aux sacs qui descendaient se mettent à crier en différentes langues nationales dont le Dendi, « celui là est pour moi. Depuis trois jours j’ai appelé Monsieur Abdoulaye pour passer commande ».

De quoi s’agit il? Ce sont de petits cartons troués recouverts de feuilles de ciment et d’herbes sèches. Au travers des trous sur le carton, se voyaient des objets de couleur rouge et d’une peau lisse.

Paul s’approche davantage de la scène et découvre qu’il s’agissait de tomate fraîche ainsi conditionnée dans ces cartons dont le volume varie de l’un à l’autre.

Il s’approche de Céline, l’une des femmes qui se disputaient les précieux cartons et essaye d’en savoir plus sur cette activité visiblement nouvelle. « Ces chargement nous viennent du Niger en moyenne une fois tous les deux jours » explique Céline « et nous les déchargeons ici quand le soleil n’est pas encore levé comme c’est le cas ce matin. Sinon nous orientons les camions sous ces arbre de nime que vous voyez là bas dans la clôture de l’OCBN ». Sans révéler le prix auquel les fournisseurs nigériens leur cèdent l’unité de ces cartons, Céline indique à Paul, « nous vendons aux femmes des marchés à 7 ou 8 mille voire parfois 9 mille francs CFA qui a leur tour les revend soit en gros sur place même ou en détails sur leurs étalages »… (A suivre)

Josiane KOI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires