Salamin Magazine
IMG-20170718-WA0022

Bénin/ Création de la police républicaine : Une nouvelle force pour assurer la sécurité; l’harmonisation des grades la grande inquiétude des éléments

La Police et la Gendarmerie Nationales en République du Benin ne seront plus qu’une force dénommée « Police Républicaine » pour compter du 1er janvier 2018. Telle est la principale recommandation faite par la commission de douze (12) membres créée en octobre 2016 et présidée par le général Félix Hessou et dont le rapporteur est le colonel Soumaïla Yaya.

« Les deux forces se livrent une compétition aveugle mais féconde en préjudices. Ce qui finit par hypothéquer l’efficacité. Une forme unique s’impose donc d’elle-même », a déclaré le général Félix Hessou. Certes, c’est un tournant difficile mais il s’impose de rompre avec le « conservatisme ».

Pour sa part, le rapporteur, cette réforme intervient dans environnement géopolitique caractérisé par de nombreuses menaces sécuritaires. Ce sera une force opérationnelle aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. A l’intérieur, il est souhaité que la police républicaine soit communautaire sans possibilité de droit de grève.

« Les défis sécuritaires imposent une cohérence des actions », a martelé le président Patrice Talon. Pour lui, ce n’est pas juste une addition de deux forces mais la naissance d’une nouvelle.

Il faut dire que la commission a annexé six avant-projets au rapport. Ceci vise à permettre la célérité qu’il faut pour que l’opérationnalisation soit effective en janvier 2018.

En attendant le 1er janvier 2018, date retenue pour l’effectivité de la force unique de sécurité publique dénommée « Police Républicaine », plusieurs questions sont déjà soulevées dans l’opinion sur entre autres la gestion des carrières des personnels des deux ex forces et la conduite des phases de transition.

Pour l’heure, de sources induites au palais de la Présidence de la République, l’on apprend que la commission a prévu des mécanismes d’harmonisation et d’équivalence des grades en vue de leur reconnaissance au juste mérite. C’est d’ailleurs là la grande inquiétude au niveau des éléments des deux forces.

Pour rappel. Ayant pensé à une réforme visant la fusion de la police et de la gendarmerie nationale qui toutes deux concourent à la sécurité publique, le Gouvernement de la République du Bénin a pris en sa séance du conseil des ministres du 26 octobre 2016 dont voici le compte rendu https://matinlibre.com/images/Contenu-2016/564-021116/conseil-des-ministres-261016.pdf, un décret créant une commission devant étudier la faisabilité et les modalités de fonctionnement d’une force unique de sécurité intérieure.

La prise du décret de création de cette commission technique a été précédée par une autre du 2016-584 du 16 septembre 2016 portant mise à disposition du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, pour emploi, de la gendarmerie nationale.

La commission de douze (12) membres avait pour missions, d’analyser la pertinence de la réforme, de recenser et évaluer les dispositions à prendre le cas échéant, de proposer des textes législatifs et règlementaires devant consacrer ladite réforme et les présenter au Chef de l’Etat, puis, au besoin, élaborer les projets de lois sur la modification du statut spécial des personnels des forces de sécurité publique et assimilées et la composition des forces armées béninoises.

Deodoras GOUGBEDJI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires