Salamin Magazine

Bénin / Crise politique : La société civile fait deux propositions urgentes

Dans une déclaration rendue publique le vendredi 8 mars 2019, des acteurs de la société civile ont dénoncé l’exclusion de l’opposition du processus électoral pour les législatives d’avril 2019. Ils constatent une crise sans précédent et proposent deux solutions.

DÉCLARATION DE LA SOCIÉTÉ

Mesdames et Messieurs, acteurs politiques de tout bord, acteurs sociaux de toute sensibilité, Autorités centrales et décentralisées, Corps Diplomatiques et Communautés Internationales.
Le BENIN traverse aujourd’hui une crise politique sans précédent depuis l’ère du renouveau démocratique. Cette situation est due aux dysfonctionnements du dispositif électoral auquel s’ajoute la décision de la Cour Constitutionnelle invitant les partis politiques à obtenir le certificat de conformité. Ensuite, seulement deux partis de la mouvance sur les sept partis politiques ayant déposé leurs dossiers ont été autorisées par la CENA à prendre part aux législatives. Ainsi la situation politique déjà délétère s’est surchauffée et une telle ambiance politique ne peut qu’inquiéter la Société Civile de notre pays et toute autre personne éprise de paix, de justice sociale et de liberté.
Dans une telle atmosphère reconnue par tous et plus particulièrement par le Chef de l’Etat lui-même, il est heureux de constater qu’il a pris toute la mesure de la situation en invitant la classe politique concernée par les élections à tout mettre en œuvre pour une sortie de crise sous l’égide du Parlement.
Au regard de ce processus électoral grippé, des préoccupations majeures se posent au peuple Béninois :
1- A l’étape actuelle des choses et compte tenu de nos textes et des engagements ratifiés au niveau régional et au plan international, peut-on espérer une sortie de crise avec l’implication de tous les acteurs politiques ?
2- Peut-on obtenir du juge de régulation, la possibilité de rapporter la décision qui impose le certificat de conformité ?
3- Peut-on espérer que les parties prenantes au processus électoral actuel puissent consentir au sacrifice patriotique, d’accepter et de se retrouver dans un creuset de concertation afin d’établir le consensus à valeur constitutionnelle autour des points de désaccord ?
4- Peut-on espérer que ces assises puissent déboucher sur des dispositifs dérogatoires susceptibles de permettre à tous les acteurs de participer aux élections législatives ?
Devant ces interrogations, la Société Civile de notre pays sort à nouveau et invite instamment les acteurs politiques à apporter une réponse consensuelle positive à chacune de ces préoccupations afin de sauver la démocratie béninoise.
D’ores et déjà, la Société Civile Béninoise remercie le Chef de l’Etat pour son engagement personnel et sa bonne foi à vouloir trouver une issue heureuse pour les élections législatives inclusives et pour une paix durable dans notre pays.
Consciente que la préservation de la démocratie passe par une participation obligatoire aux joutes électorales des partis politiques de la mouvance et de l’opposition ;
Soucieux de la préservation des acquis de la conférence nationale des forces vive de février 1990 ; la société civile BÉNINOISE recommande

  • Que tous les acteurs s acceptent et parviennent a un consensus ;
  • Que les organes en charge des élections dans notre pays trouvent les voies et moyens pour permettre la participation des dix 10 partis qui ont déposé leur dossier au ministère de l’intérieur ;
    En tout état de cause, le président de la république, l’assemblée nationale, la cour constitutionnelle, le gouvernement, la CENA et toutes les autres institutions sont instamment et expressément invités à trouver les mesures dérogatoires et transitoires nécessaires pour permettre la participation effective des 10 partis politiques ayant manifesté leur volonté de prendre part aux élections législatives.
    Dans tous les cas, les OSC suivent avec beaucoup d’attention et d’intérêt l’évolution de la situation et insistent sur l’impérieuse nécessité d’installer la huitième législature au plus tard le 15 mai 2019.
    Elle remercie aussi d’avance les partis politiques impliqués pour leur bonne foi et leur volonté sincère de participer aux assises en vue de dégager un consensus à valeur constitutionnelle pouvant permettre à tous de participer effectivement aux prochaines élections législatives.
    En conséquence, elle invite la population Béninoise, à la sérénité, à la retenue et à la fête de la paix et de la démocratie le 28 Avril prochain en vue de la sauvegarde du havre de paix qu’est le BENIN.
    Vive la société civile béninoise
    Vive le Bénin
    Je vous remercie

Fait à Cotonou le 08 Mars 2019

Ont signé toutes les organisations de la Société Civile Béninoise.

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires