Salamin Magazine
Image par defaut 1

Bénin : Le secteur privé inquiet d’une prévision de 14,4% de pression fiscale en 2018

Contre environ 13% en 2017, le taux de la pression fiscale selon les prévisions du projet de budget gestion 2018 soumis à l’examen des députés à l’Assemblée nationale, passera à 14,4%.
Cette augmentation de la pression fiscale découle de l’institution dans le projet de loi des finances 2018, de nouvelles taxes et de la révision des modalités de collecte de certaines anciennes.
Les acteurs du secteur privé en sont déjà si inquiets que jeudi dernier, par la voix de leur groupe de travail « Fiscalité » que dirige Monsieur Roland Riboux, président du CIPB, ils ont fait un plaidoyer public à l’hémicycle à l’endroit des députés. Ils espèrent surtout à en croire le porte parole du groupe de travail, Monsieur Serge Prince Agbodjan, que les députés par l’exercice de leur droit d’amendement en dépit « des limites indiquées aux articles 107 et 96 respectivement de la Constitution du décembre 1990 et du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale », arrivent tout au moins à faire prospérer quelques amendements de forme. Ainsi, plaide – t – il, « les députés peuvent déjà sortir du projet toutes les questions qui peuvent entraîner des abus sur les contribuables ou les mesures de suppression sans la présentation des études d’impact sur les mesures à supprimer ». Il pense entre autres aux nouvelles conditions de la TPS, aux questions de délai revu à la baisse, à la possibilité prévue d’étendre le délai de prescription de certaines infractions liées au fisc…
Le fiscaliste Abdel Aziz Bété n’est pas moins alerte dans une tribune qu’il a rendue publique où d’ailleurs il martèle qu’il « est regrettable de constater que, dans le fonds, plusieurs acquis ont été remis en cause sans une discussion préalable » avec les acteurs.

Par Déodoras GOUGBEDJI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires