Salamin Magazine

Bénin/ Législatives 2019 : La société civile s’inquiète et appelle à ouvrir le scrutin à l’opposition

Jamais le Bénin, premier pays à organiser en février 1990 une conférence nationale des forces vives de la nation avec succès, n’a connu une si vive tension à l’approche d’élections. En dehors des partis politiques de l’opposition qui s’inquiètent énormément et des violences qui ont éclatées dans plusieurs villes, la société civile sonne aussi l’alerte.

Pour Martin Assogba, Président de l’ONG ALCRER, il est important que les élections législatives du 28 avril 2019 se déroulent avec la participation de l’opposition qui, à aucun moment n’a voulu les boycotter. Selon lui, tant qu’elle exprime sa volonté et sa prédisposition à participer au scrutin, il faut qu’elle trouve sa place sur le bulletin de vote. Contrairement à ce qui se passe actuellement où aucun parti de l’opposition ne devrait participer aux élections pour faute de certificat de conformité à la nouvelle charte des partis politiques, une pièce instituée par la Cour constitutionnelle dans sa décision du 1er février 2019.

Creuset de plusieurs associations et ONG, Social watch Bénin s’inquiète aussi de la situation qui prévaut actuellement dans le pays, en l’occurrence l’exclusion de l’opposition. « Alors que nous venons de célébrer le 29è anniversaire de la conférence nationale des forces vives de la Nation au cours du mois de février qui consacre la fin de la confiscation du pouvoir, de l’injustice, de l’arbitraire et de la dictature, notre pays le Bénin traverse une situation très préoccupante en pleine période électorale. Pour la première fois et ceci depuis le renouveau démocratique, les principaux partis politiques de l’opposition viennent d’être écartés de façon surprenante d’une consultation électorale », fait savoir Blanche Sonon, président de l’institution. Et elle poursuit : « la décision EL 19-001 vient de changer les règles du jeu en cours du jeu. Le Réseau Social Watch Bénin déjà très préoccupé par le flou qui entoure l’article 242 du Code Electoral attire l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur des risques de manœuvres de nature à impacter très négativement les acquis de notre démocratie ».

Par Joël C. TOKPONOU

« Le Réseau Social Watch Bénin appelle toutes les institutions impliquées dans le processus électoral à trouver des voies et moyens pour aboutir à des élections législatives inclusives et surtout, apaisées », a proposé la présidente Blanche Sonon.

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires