Salamin Magazine
IMG-20180416-WA0002

Bénin : Des sueurs froides pour Talon face à 4 dinosaures politiques

Ils sont connus pour leurs différentes expériences sur l’échiquier politique nationale. Mais depuis quelques mois, leurs noms et visages ont un lien étroit avec l’opposition politique au gouvernement de Patrice Talon. Désormais, Nicéphore Soglo, Boni Yayi, Albert Tévoèdjrè et le néophyte Sébastien Ajavon font route ensemble. Le ton a été donné ce samedi à Djeffa, base politique du président du parti Union sociale libérale par cette Coalition dite de défense de la démocratie. Leurs anciennes positions divergentes n’ont pas été suffisantes pour les empêcher de s’unir pour combattre l’adversaire commun : Patrice Talon. De quoi lui donner des sueurs froides pour le reste de son mandat. Du moins, si la coalition résiste au temps.

« La conséquence de cette gouvernance catastrophique, c’est que notre pays est paralysé depuis bientôt trois mois, et les rouages principaux du fonctionnement de l’Etat sont bloqués : les établissements scolaires et les universités sont fermés. Les élèves et étudiants sont dans les rues et ne savent plus à quel saint se vouer. Les hôpitaux sont fermés et la population est privée du droit élémentaire aux soins de santé. Les tribunaux sont, eux aussi, fermés avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur la vie quotidienne des paisibles citoyens. Beaucoup d’autres administrations participent également à ce mouvement général sans être formellement en grève. Le dialogue avec les partenaires sociaux est dans l’impasse: tout le peuple est en rébellion contre la politique actuelle », un diagnostic sombre qui impose une intervention urgente de ceux qui se positionnent comme les sauveurs de la démocratie en péril.

Et ils indiquent le chemin à travers leur déclaration : « nous demandons au Président Patrice Talon de prendre la mesure des choses et de : « faire installer, sans délai, le COS-LEPI conformément aux décisions de la Cour Constitutionnelle ; faire procéder à un audit préalable de cette LEPI, en vue des élections législatives et présidentielles, constitutionnelles qui sont insusceptibles de report. Redonner la parole au Peuple en convoquant d’urgence une Assise nationale des Forces Vives de la nation en vue de redéfinir de nouvelles bases consensuelles de gouvernance du pays. En cas de non satisfaction de ces exigences le peuple béninois, Maître unique de sa souveraineté sera invité à prendre ses responsabilités, conformément à la Constitution ».
Cette posture ne devrait point étonner. Du moins, concernant chacun d’eux. L’un comme l’autre connaît des déboires d’une manière ou d’une autre avec le régime en place, qu’ils ont pour certains contribué à installer. Ennemis d’hier, ils sont amis en ce moment pour disent-ils éviter que le pire n’arrive.

Josiane KOI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux