Salamin Magazine

Candidatures pour la 6ème mandature de la HAAC : Six candidats expliquent leurs ambitions


La course pour siéger parmi les trois représentants des professionnels des médias à la 6ème mandature de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) est presque à son terme. Tous engagés, les candidats expliquent leurs ambitions, exposent leurs parcours et invitent à voter pour eux le 15 Juin 2019. A travers le projet « Les Entretiens de la Régulation » mis en œuvre par le Forum des Editorialistes du Bénin Ovadia TV, le journal 5 min, le caricaturiste Dossou Kpitimè et le média en ligne www.salamins;com, six parmi les douze en lice, à travers des mots ont annoncé comment ils comptent mettre fin aux maux des médias au Bénin.

Franck Kpochémè, la HAAC n’a pas de secret pour lui

Ancien Président de l’Union des professionnels des médias du Bénin, Franck Kpochémè ne cache pas sa vingtaine d’années d’expérience dont une bonne dizaine au sein du bureau de l’UPMB. Pour avoir travaillé avec différentes mandatures de la HAAC, il clame connaître cette maison et savoir ce qu’il faut faire et surtout comment le faire. « Le premier engagement, c’est d’aider avec les autres conseillers à replacer l’institution dans son rôle, celui de la promotion de la liberté de la presse », a-t-il fait savoir. Ensuite, une lecture croisée de la loi organique de la HAAC et du code de l’information et de la communication permettra de déduire toutes les prérogatives de la HAAC et de pouvoir les mettre en exergue pour le bien des professionnels des médias et de la population.

Basile Tchibozo, journaliste, régulateur puis patron de presse


Le parcours professionnel, Basile Tchibozo en a fait. De journaliste dans des organes de presse écrite, il est devenu depuis 16 ans promoteur du quotidien « Le challenge ». Ancien membre de l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias, il estime que le bon autorégulateur peut être un bon régulateur. Ancien président du Conseil national de la presse et de l’audiovisuel, il dit avoir utilisé ses trois ans de collaboration avec la HAAC pour appréhender les forces et fragilités de l’institution. Il trouve qu’elle a plus de « fragilités » auxquelles il propose des « antidotes » pour un mieux-être des médias. Entre autres, Basile Tchibozo s’engage à œuvrer pour la défiscalisation des médias, la mise en œuvre des projets structurants de la corporation tels que la centrale d’achat, la messagerie, etc. Conseiller élu, il promet présider le FADEM pour que beaucoup de choses changent.

Guy Constant Ehoumi, trois actions prioritaires
Il est un ancien vice-président de l’Union des professionnels des médias du Bénin et ancien président de l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias. Guy Constant Ehoumi est candidat à la HAAC. Avec dans son agenda trois principales actions qu’il dénomme piliers. Avec lui, il y aura la création d’un environnement favorable au professionnel avec entre autres la revalorisation de la carte de presse à laquelle il faudra annexer l’assurance santé. Ensuite, il s’engage également à rapprocher les professionnels des médias de la HAAC puis à remettre l’institution dans son rôle régalien de protecteur de la liberté de presse. Trois piliers qui fonderont son mandat, s’il est élu. Pour atteindre ses objectifs, Guy Constant Ehoumi mise sur son expérience et sa connaissance du monde des médias, de l’autorégulation puis ses relations avec l’instance de régulation.

Brice Ogoubiyi, engagé pour tout changer


Avec le candidat Brice Ogoubiyi, les professionnels des médias disposeront d’une assurance santé. C’est l’une de ses fortes promesses. Et pour cette fin, il compte sur le FADEM, le Fonds d’appui au développement des médias qui vise à consolider les ressources financières des organes de presse. « Je lutte contre la précarité des journalistes », lance-t-il. Pour cette raison, les relations des patrons de presse avec le FADEM seront dépendantes du traitement salarial de leurs employés. Pour lui, le respect de la convention collective est sans condition.
Ce candidat milite aussi pour une valorisation de la carte de presse comme en Côte d’ivoire, au Sénégal et en France. Il s’engage également pour renforcer la spécialisation dans une approche structurelle à travers une formation académique. Il parle de spécialisation technique et pointue.
Enfin pour lui, le candidat qui sera élu doit allier profil, programme et réseau. Critères qu’il estime remplir.


Gervais Zossou, pour le numérique

Pourquoi Gervais Zossou est candidat à la HAAC dans la catégorie des techniciens ? Sa réponse. Il a acquis beaucoup d’expériences lors de ses 24 ans d’exercice professionnel. Et chacun de ses postes, il a pu déceler les difficultés des techniciens auxquelles il faut apporter des solutions. Ensuite, le passage au numérique constitue un défi pour la HAAC 2019 et il faut avoir des compétences dans ce domaine pour y être. Lui qui a successivement occupé plusieurs fonctions à l’ORTB avant d’en être aujourd’hui le directeur technique. Il a également une idée claire sur ses challenges dans l’institution de régulation des médias.
La numérisation et le volet social des professionnels des médias constituent les principaux chantiers qu’entend travailler ce candidat qui promet une « une presse béninoise moderne, numérique, professionnelle et socialement inclusive ».

Hilaire N’da, mieux considérer le professionnel des médias

Le candidat Hilaire N’da totalise 29 ans d’exercice professionnel et 15 ans à la tête d’un organe de presse audiovisuel privé. Que ce soit au Conseil national du patronat de la presse et de l’audiovisuel ou à la Fédération des radios communautaires et assimilés, il a capitalisé des expériences qu’il entend mettre au service de la corporation pour que les professionnels des médias soient mieux considérés. Et le premier outil de considération du professionnel des médias, c’est la carte de presse. Il faut donner à cet outil toute sa valeur. A cela, il faut ajouter son combat prochain pour le respect de la convention collective. « On ne peut pas avoir de journalistes libres s’ils sont tenus par le ventre », fait-il savoir pour annoncer sa bataille pour une meilleure liberté de presse.
La spécialisation des professionnels des médias et l’amélioration de la notoriété de la HAAC constituent d’autres actions prévues par le futur conseiller pour la catégorie audiovisuelle.

Collaboration www.salamins.com et journal 5 min

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires