Salamin Magazine
IMG-20180322-WA0006

Cas de suspicion de fraude au ministère du cadre de vie : Social Watch indique la voie des sanctions judiciaires

Le président de Social Watch Bénin, Gustave ASSAH était face à la presse ce mardi 20 mars au siège de l’ONG. Il apporte son soutien à l’ANLC et réclame des sanctions judiciaires contre les mis en cause dans le dossier d’acquisition de moyens roulants au ministère du Cadre de vie.

« Acquérir au Bénin en plein nouveau départ une moto à un prix unitaire de 5.142.121 francs cfa hors taxe alors que selon le référentiel des prix du ministère de l’économie et des finances, le prix minimum d’achat de la marque de moto indiquée est de 975 mille francs cfa et le prix maximum est de 1,625 millions de francs cfa constitue à ne point en douter un crime contre le peuple béninois qui souffre en ce moment contre la vie difficile et la pauvreté. » Ces propos de Gustave Assah viennent appuyer les dires de Jean-Baptiste Elias, Président de l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption. Ce dernier a tenu une conférence de presse ce jeudi 15 mars dernier sur le dossier d’attribution d’un marché public d’acquisition de véhicules et de motos au niveau du Ministère de Cadre de Vie et du Développement Durable.

Dans son développement, le Président de l’ONG Gustave Assah, a apporté, son soutien indéfectible à la détermination de l’ANLC dans sa lutte contre la corruption dans notre pays. Il a dans son explication, fait savoir entres autres que de graves dysfonctionnements sont apparues dans le marché relatif à l’acquisition de 23 véhicules pick-up, de 84 motos d’intervention et d’un lot de pièces de rechange pour un montant d’environ 1 milliard de francs cfa au profit du ministère du Cadre de vie et du développement durable ; que curieusement, le marché a été attribué à l’entreprise « Les Bagnoles Motors » qui a proposé de livrer la moto à un prix unitaire de 5.142.121 francs cfa hors taxe alors que selon le référentiel des prix du ministère de l’économie et des finances, le prix minimum d’achat de la marque de moto indiquée est de 975 mille francs cfa et le prix maximum est de 1,625 millions de francs cfa. De tout cela, il apparait clairement selon Gustave Assah qu’il y a cas de surévaluation de la valeur ou le prix de vente d’un bien ; d’abus de fonction ; de corruption dans la passation des marchés publics. Des irrégularités condamnées par la loi.
Social Watch Bénin comme l’ANLC exige donc la prise de sanctions contre tous les auteurs de ce scandale et demande au Président de la République, Monsieur Patrice Talon d’engager la responsabilité du ministre en charge de ce département dès que les graves accusations qui pèsent sur lui et sur ses collaborateurs seront confirmées.

Perpétue H.A. AGBOTON

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux