Salamin Magazine
ministre togolais

Décentralisation au Togo : 116 communes et beaucoup d’interrogations

L’Assemblée Nationale togolaise a voté à la majorité des voix la nouvelle loi portant création de 116 communes. Cette loi votée le vendredi 23 juin 2017 constitue un regain d’espoir pour une décentralisation togolaise qui va clopin-clopant.

 

Au Togo, les dernières élections locales remontent en 1987. Les communes depuis lors sont gérées par des délégués spéciaux désignés par le gouvernement. Ce qui explique selon certains spécialistes de la décentralisation togolaise, le sous-développement des communes. Dans ce pays voisin du Bénin,  les nombreuses années sans une réelle administration locale ont entraîné les collectivités locales dans un état de vétusté avancée.

Nicolas Lawson, le président du Parti de la Rédemption et du Renouveau (PRR), invité sur Radio Taxi Fm le 29 juin 2017, qualifie ce qui se fait en matière de décentralisation au Togo de « folklore » et de « désordre ». Pourtant, le pays depuis la constitution du 14 octobre 1992, a opté pour une réforme de l’organisation administrative fondée sur le principe de la décentralisation. Celle-ci s’inscrit dans un cadre juridique énoncé par la constitution du 14 octobre 1992 et complétée par la loi n° 98-006 du 11 février 1998 portant décentralisation au Togo. Cette loi a été supplantée par la nouvelle loi N°2007-011 relative à la décentralisation et aux libertés locales adoptée par l’Assemblée Nationale le 1er mars 2007.

C’est pour la mise en œuvre effective de toutes ces réformes et pour donner un nouveau souffle à la décentralisation togolaise que le gouvernement a introduit ce nouveau projet de loi portant création de communes. Le texte voté propose un découpage du Togo en 116 communes. « Ces communes sont créées sur la base d’un regroupement judicieux des cantons ou des quartiers de certains grands cantons proposé dans la feuille de route sur la décentralisation et les élections locales établie par le comité créé à cet effet par le gouvernement », a indiqué le ministre de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi.

 

116 communes, 5 régions

Les 116 communes sont ainsi réparties dans les cinq régions du Togo. La région maritime compte 32 communes. Avec 259.955 habitants, cette région a une superficie de 6.100 km². La région des Plateaux qui compte également 32 communes dispose de 1.000.551 habitants avec une superficie de 16.975 km². Quant à la région centrale, elle compte une population de 617.871 habitants avec 15 communes. La région de la Kara a de son côté une superficie de 11.538 km² avec une population de 769.940 habitants. Elle compte 21 communes. La région des savanes qui a une superficie de 84.70 km² compte une population de 828.224 habitants. Elle compte 16 communes.

Mais Nicolas Lawson n’en démord pas. Pour lui, les 39 préfectures existantes devraient bénéficier de 3 milliards chacune au lieu des 100 millions Fcfa qu’on leur donne et d’un prêt de 6 à 9 milliards de francs, leur permettant d’engager des projets de développement. C’est après cela que peuvent suivre les élections locales. « Une fois que les préfectures vont réaliser ces projets sur une période de 2 à 3 ans, les élections locales peuvent suivre et les maires peuvent partir sur quelque chose de stable », a-t-il proposé avant de revenir sur le nombre de commune créé par la nouvelle loi. Il estime qu’il n’en fallait pas plus que 39, parce que selon lui, l’Etat n’a pas les capacités pour pourvoir aux besoins de toutes ces communes.

Mais pour le gouvernement, la création de ces 116 communes réparties en cinq régions n’est qu’une étape. Il prévoit que le processus de décentralisation débouche sur l’organisation des élections locales en 2018.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Journaliste spécialiste en question de Décentralisation

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires