Salamin Magazine

Droits de l’homme / Peine de mort : Amnesty International constate une baisse en 2018, le Bénin rejoint les abolitionnistes

Amnesty International Bénin (AIB) a procédé, ce mercredi 10 avril à Cotonou, au lancement du rapport 2018 du mouvement sur les les condamnations et exécutions de la peine de mort à travers le monde. C’était en présence du Garde des sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation et d’un parterre de défenseurs des droits humains. Désormais cité parmi les abolitionnistes du fait des mesures légales prises par le gouvernement, le Bénin ne figure plus parmi les pays épinglés. En Afrique de l’ouest, seuls le Burkina-Faso et la Gambie sont cités dans le rapport.

Dans le monde, le nombre de condamnations et d’exécutions à la peine de mort a connu une forte baisse au cours de l’année 2018. C’est la principale conclusion à laquelle a abouti Amnesty International dans son rapport annuel 2018. Le contenu de ce document a été rendu public ce mercredi à la faveur de la cérémonie de lancement organisée par la section nationale du mouvement à Cotonou.

Dans sa présentation du rapport, le Directeur Exécutif d’Amnesty International Bénin, Fidèle Kikan fait remarquer que ” le nombre d’exécutions recensés à travers le monde a diminué de 31%, atteignant le chiffre le plus faible enregistré depuis au moins dix ans”. Ce tableau favorable à la sauvegarde des droits humains est toutefois terni par une hausse du nombre des exécutions dans plusieurs pays notamment au Bélarus, aux États Unis, au Japon, à Singapour et au Soudan. Quant à la Chine, elle demeure le pays ayant le plus massivement procédé à des exécutions devant l’Iran, Arabie saoudite, le Vietnam et l’Irak.

En ce qui concerne l’Afrique subsaharienne la peine de mort est en recul, par exemple le Burkina Faso a adopté un nouveau code pénal excluant la peine de mort.

Pour finir, Fidèle Kikan rappelle, au titre des principaux défis qui méritent l’attention soutenue du gouvernement Bénin, la gestion du phénomène de vindicte populaire, le contenu de la perpétuité et les engagements internationaux et des engagements réitérés au 7ème congrès mondial sur la peine de mort.

Dans son allocution de lancement du rapport au Bénin, le Garde des sceaux, Ministre de la justice et de la Législation, Me Séverin Quenum a réitéré l’engagement irréversible du gouvernement a définitivement finir avec la peine de mort. “L’histoire comptera le Bénin non seulement parmi les nations abolitionnistes mais surtout parmi les premières nations sur notre continent à avoir définitivement tourné cette peine”, dira-t-il.

En guise d’illustrations, le représentant du gouvernement met en relief les actions fortes initiées dans ce cadre dont l’une d’entre elles est la commutation des peines des quatorze (14) derniers condamnés à mort du Bénin.

“Cet engagement en faveur de la vie trouve son fondement dans notre conviction commune suivant laquelle le sang versé ne s’essuie pas le sang mais par les larmes”, a ajouté Me Séverin Quenum.

“L’espoir est permis d’autant plus qu’à travers le contenu du rapport d’AIB, le mouvement en faveur de l’abolition de la peine de mort ne s’estompera pas. Nous devons continuer le combat pour que dans les plus proches jours la peine de mort soit elle même exécutée, va t-il conclure.

Gatien ELEGBEDE

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires