Salamin Magazine
IMG-20181001-WA0010

Emmanuel Tomètin, co-initiateur du Mois de là culture béninoise à Lomé : ” Le festival démarre le 05 octobre prochain. Et nous sommes … prêts “

A partir du 5 octobre prochain, le Mois de la culture béninoise à Lomé démarre. Et ceci pour quatre week-ends successifs. Dans cet entretien, Emmanuel Tomètin, co-initiateur de cette célébration culturelle explique ses contours et invite chaque Béninois à faire le déplacement sur la capitale togolaise tout au long du mois d’octobre.

Salamins : D’où est-elle partie, l’idée d’organiser un tel événement et qui en sont les acteurs ?

Emmanuel Tomètin : L’idée est de prendre la culture comme prétexte pour e rapprochement des peuples. D’une part, nous avons un bolet culturel qui réunira une soixantaine d’artistes des deux pays. Mais aussi, d’autre part, un volet découverte et d’acceptation de la culture de l’autre. Ceci explique le thème choisi pour cette édition qui est : Place la culture dans la coopération bilatérale sud sud : Cas du Bénin et du Togo.
Tout ceci est porté par l’Agence DEKart que je dirige et l’agence Panafricaine d’ingénierie Culturelle de monsieur Eustache AGBOTON, qui est d’ailleurs le coordonnateur du festival.

Quels objectifs visent les organisateurs ?

Vous le savez bien, le Bénin entretient avec le Togo en particulier et avec la plupart des pays de la sous-région ou d’ailleurs, de bonnes relations de coopération sur plusieurs plans. Pour nous, une telle initiative vient d’une part célébrer ce fait, mais également mettre en avant les potentiels culturels et artistiques des deux pays. La forte communauté béninoise au Togo et de Togolais au Bénin, les similitudes culturelles entre les deux pays et d’autres facteurs ont permis de mettre en place ce projet que nous avons intitulé Mois de la Culture Béninoise à Lomé. Il s’agit en réalité d’un prétexte pour promouvoir le dialogue interculturel entre les deux peuples tout en mettant en place un circuit de promotion et d’échanges artistiques entre le Bénin le Togo. Tout ceci permettra, nous en sommes convaincus, à favoriser le brassage culturel comme vous l’avez si bien noté.

Pourquoi célébrer la culture béninoise hors du Bénin, au Togo ? Qu’est-ce qui explique cette délocalisation et motive le choix du Togo ?

Nous avons choisi Lomé pour des raisons pratiques. Lomé étant linguistiquement et géographique, la capitale la plus proche de Cotonou. Il nous est apparu évident que pour une première expérience, c’est un facteur à prendre en charge. D’un autre côté, l’Agence Panafricaine d’Ingénierie Culturelle (APIC), structure co-organisatrice du festival, développe depuis quelques mois, certaines activités à Lomé. Nous pouvons notamment citer le Forum Culturel du Togo, qu’elle coordonne avec un partenaire sur place. Lomé s’est donc imposé très facilement au moment de décider de la capitale devant accueillir l’activité. Pour dire vrai, nous avions le lieu avant de penser à l’activité.

Puisque c’est sur leur territoire, quel est le rôle/implication des artistes ou autorités Togolaises dans cet événement ?

Nous avons super bien été accueilli. C’est le lieu de remercier les autorités et artistes togolais qui n’ont pas hésité à rejoindre le projet. En particulier, je pense aux différents espaces qui ont accepté d’accueillir les 9 activités du festival.

Quelles sont les activités/manifestations prévues dans ce cadre ?

La programmation que nous avons dévoilée au cours d’une conférence de presse tenue le 3 août dernier dans les locaux d’un de nos partenaires, en l’occurrence le Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation Internationale de la Francophonie à Lomé, couvre une dizaine d’activités dont entre autres une exposition d’art, une rencontre littéraire, un spectacle de danse, une représentation théâtrale,  un concert de musique, une projection de film pour ne citer que ceux-là. Ce sont tous des activités qui permettront de mettre la culture des deux pays au centre de l’attention et donc d’assister à un dialogue. 

Les autorités politico-administratives du Bénin sont-elles informées de l’initiative ? Si oui, quel est leur accueil ou contribution ?

Oui, les autorités sont informées et essaient de leur mieux de nous conseiller, de nous orienter.

Où en êtes-vous quant aux préparatifs et moyens ?

Le festival démarre le 05 octobre prochain. Et nous sommes presque prêt. Presque prêt à cause des derniers réglages. Ce n’est pas une mince affaire mais nous y croyons fortement.

Josiane KOI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires