Salamin Magazine
frontière juxtaposé kraké

Espace CEDEAO : Les postes de contrôle juxtaposés pour faciliter la circulation et des personnes

Lancé le 24 octobre 2014 et inauguré ce 23 octobre 2018, le poste de contrôle juxtaposé de Sèmè-Kraké est désormais ouvert aux usagers. Le choix de cette forme de postes frontaliers fait par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest vise à faciliter la circulation des biens et des personnes. Le poste juxtaposé contribue à la réduction des formalités aux frontières dans le contexte du protocole régional relatif à la libre circulation des personnes et des biens.

Désormais, les contrôles des personnes et des biens se feront à deux niveaux plutôt que quatre au niveau des postes frontaliers ordinaires. « Le passant en véhicule se fera contrôler à deux niveaux. D’abord au niveau de la police puis ensuite au niveau de l’administration douanière », explique un agent de police béninois en poste. La particularité ici, c’est que les polices des deux pays font le contrôle ensemble. Pareil pour les douanes béninoise et nigériane.

Avec ce dispositif, le temps de contrôle est réduit pour l’usager qui passe d’un pays à un autre.
La CEDEAO a initié la construction de poste juxtaposé dans le cadre du Programme Régional de Facilitation des Transports et Transit Routier. Ce programme qui prévoit entre autres, la construction de 3 Postes de Contrôle Juxtaposés à Sèmè Kraké (Frontière Bénin-Nigeria), à Malanville (Frontière Bénin-Niger) et à Noèpé (Frontière Togo-Ghana).

Il est financé par l’Union européenne en appui à la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et à l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) pour un montant de près de 91 millions d’euros (près de 60 milliards de FCFA).
Le Projet Régional de Facilitation des Transports et Transit routier est un projet ambitieux de l’Union européenne qui contribuera non seulement à la compétitivité des acteurs économiques de la sous-région mais aussi à la fluidité de la circulation au bénéfice des populations.
E. HOUNKPATIN

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires