Salamin Magazine
Image par defaut 1

Insécurité des espaces maritimes africains : La Fondation Konrad Adenauer milite pour le développement durable

Lors de la 5ème édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, la Fondation Konrad Adenauer a organisé une table ronde, dans le but d’inciter les Etats et les organisations régionales africaines, ainsi que leurs partenaires extérieurs à consolider leurs actions de protection et de sécurisation des espaces maritimes africains. C’était le 06 novembre dernier, dans la salle 201 du Centre internationale de conférence Abdou Diouf (Cicad) de Dakar.

Malgré les progrès réels accomplis avec l’adoption de la Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes, à l’occasion du Sommet de l’Union africaine tenue en octobre 2016 à Lomé, d’importants défis restent à relever. Et c’est ce qui a amené la fondation à organiser cette table ronde dont le thème est : « la sécurité des espaces maritimes africains : un enjeu de développement durable ». Pour le Dr Gerhard Wahlers, secrétaire général adjoint de la Fondation Konrad Adenauer, trois principales raisons font de la sécurité maritime un sujet important. D’abord le commerce. « L’Allemagne, l’Europe mais aussi l’Afrique dépendent d’un commerce libre, et du commerce qui se fait dans les rues maritimes. Il faut du commerce si on veut de développement », a-t-il martelé. Ensuite, le problème du changement climatique. Selon lui, la mer est une source d’alimentation, et la pêche joue un rôle très important. Aussi, le fait que la mer monte et que le profil du littoral et les lignes de base subissent d’importantes modifications crée des conséquences pour la définition des zones territoriales et des zones économiques exclusive. Et enfin, la méditerranée qui est devenue la route principale de l’immigration clandestine vers l’Europe. Le Dr Gerhard Wahlers estime donc qu’il est très important de développer ensemble des stratégies à long terme pour éviter des fatalités en haut mer.

Bien que bien que les Etats aient investi dans le renouvellement des flottes des Forces navales, dans la réorganisation des services publics impliqués dans l’action des Etats en mer et dans la coopération régionale, d’importants chantiers restent à explorer. Ce que renchérira le Capitaine de Frégate Emile Sama, Commandant de la base navale de Cotonou, en présentant ce qu’est la sécurité dans le Golfe de Guinée de 2007 à 2018. « L’insécurité au large du Nigéria est beaucoup plus grande que dans les autres pays du Golfe de Guinée. Ce qui fait que la sécurité au niveau du Golfe de Guinée est un véritable problème », a-t-il laissé entendre. Aussi de 2018 à aujourd’hui, il a été enregistré 112 attaques, dont 85 au large du Nigéria. « Ce qui fait du Nigéria l’épicentre de la piraterie », informe-t-il.

De même, les navires les plus attaqués par les pirates sont les Tankers, parce que contenant du Fuel qui est beaucoup plus vendable. Il est également à constater une élévation du taux de kidnapping. « Au titre de l’année 2018, 47 cas de Kidnapping enregistrés, 35 ont été relâchés moyennant un paiement de rançon. Ce qui voudra dire que la piraterie change de valeur », a martelé le commandant Emile Sama. Une occasion pour lui de mettre l’accent sur le fait que cette situation créée de sérieux problèmes aux militaires.
Au vue de tout ceci, la Fondation Konrad Adenauer pense que la meilleure solution serait de remettre le défi fondamental de la sécurisation des espaces maritimes africains à l’agenda des Etats africains. Ceci pour des actions structurelles visant surtout à maintenir et à consolider l’action de l’Etat en mer, sans attendre que la question ne revienne dans l’actualité dramatique, quand les mesures prisent auront montré leurs limites.

Sabine KIKPADE

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires