Salamin Magazine
salamins-vindicte-populaire

Légitime défense ou auto justice, pour ou contre la vindicte populaire

Les citoyens béninois croient-ils toujours en la capacité du pouvoir judiciaire à juger convenablement les contrevenants aux règles de sécurité à défaut de préserver les premiers contre les actes d’insécurité ? Tout porte à croire que non vu le recours devenu comme un réflexe à l’élimination physique sur le champ de tout auteur de tentative de vol par ses victimes présumées ou témoins. Décryptage d’un palliatif qualifié de crime… mais dont le gouvernement a tenté de sonner la fin, avec des mesures extrêmes.

 

Richard DOSSOU, Sociologue

La barbarie n’a jamais été une solution. Nul n’a le droit de se faire justice. Et le drame d’être accusé à tort peut arriver à n’importe qui. La vindicte populaire est une honte nationale, preuve de l’incapacité des gouvernants à maintenir l’ordre et la sécurité. Le gouvernement de la rupture a bien fait de prendre ses responsabilités. Cela s’imposait si nous ne voulons pas que notre démocratie bascule dans l’anarchie. On ne peut pas exécuter un être humain sans qu’il ait droit à un procès équitable. Dans ces conditions, n’importe qui peut être accusé de n’importe quoi et être exécuté à tort. C’est de la barbarie inqualifiable.


 

Jean Claude DOSSA, Militant des droits de l’homme, Amnesty Bénin

La vindicte populaire a vocation à être dissuasive mais également vise à sanctionner un fait jugé contraire aux normes sociales. Pour ce qui est de la punition, nous avons pris le soin d’instituer des juridictions en vue d’éviter des abus dans la sanction, que la raison du plus fort ne prime pas sur celle du plus faible. Quant à la dissuasion, elle ne semble pas être une réalité avec la vindicte populaire. Il est loisible de le constater depuis quelques jours à la lumière des nombreux cas de vindictes populaires à travers le pays. Bien des présumés voleurs ou braqueurs brulés ces derniers jours savaient à quoi ils étaient exposés s’ils étaient pris en train de commettre leur forfait. Et pourtant, ils n’ont pu s’empêcher de les commettre. Je nous recommande la mesure. Il est une évidence que la colère n’est pas une bonne conseillère. Si l’un de nos proches arrivait à en être victime sur la base d’une fausse dénonciation, je pense que nos jugements seraient à bien des égards différents.

Laisser à la justice, le soin de juger et faire triompher la présomption d’innocence, nous fait grandir.

Pour ceux qui prêchent la mort du supposé pécheur, qu’ils se souviennent que nul n’est à l’abri des injustices de la vie.

Et puis quel mérite a celui qui ne peut pardonner? Celui qui ne peut faire triompher sa foi en la capacité de l’homme à devenir meilleur s’il bénéficie de la compassion et du soutien de ses semblables ?

Ne soyons pas expéditifs. Je demeure convaincu que livrer les présumés voleurs ou braqueurs à la mort, là n’est pas la solution.

 


Rodrigue ZOUMENOU, Conducteur de taxi moto

Vraiment ce n’est pas bon…c’est vrai il a volé mais le tuer c’est un péché…la police  aussi ne fait pas son travail. Ça c’est de la méchanceté même ça…ahhh dans quel pays nous sommes comme ça…

 


Nazaire AGASSOUNON, Enseignant, témoin d’une scène de vindicte populaire

La scène est horrible,  et dans un état de droit on ne peut pas admettre cela. Un groupuscule d’individus ne peut pas décider de la vie ou de la mort d’un autre individu. Malgré nos efforts pour leur demander d’attendre la police, ils ne nous ont pas écoutés…le retard de la police aussi favorise cet acte abominable.

 


 

Crédits photo: http://www.camernews.com

 

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires