Salamin Magazine
20170613_165531

Passons à l’essentiel

[Enfant] Peuple béninois, exulte de joie ! Ton président que tu croyais perdu, est retrouvé. Ton « Agbonnon » que tu croyais essoufflé, est debout. Annoncé malade, il est rétabli. Action de grâces. [Enfant] Passons dans nos subconscients, les flagellations verbales à nous imposées par certains ministres, qui, nous le constatons maintenant, n’étaient réellement pas informés de la réalité. Il fallait juste occuper le temps.[Enfant] Tout cela est derrière nous. Patrice Talon, après deux interventions chirurgicales se remet peu à peu. Fils de Guèdègbé, il n’a rien à craindre. Les « assinyin » d’Adandokpodji, pour qui il n’a d’ailleurs jamais manqué de soins et de générosité, seront suffisamment nourris pour veiller sur lui pour que ses médecins soient eux-mêmes surpris de la rapidité de son rétablissement définitif. [Enfant]  Il est d’ailleurs plein de vigueur, rien qu’à s’en tenir aux chaudes poignées de mains entre lui et ses premiers collaborateurs. [Enfant] Maintenant, passons à l’essentiel. Lui-même a donné le bon exemple.
Au pays actuellement, le plus urgent, ce ne sont pas les nombreuses grèves déclenchées par ci , par là avec la fermeture d’un battant du Port autonome de Cotonou et d’ autres structures portuaires. Tôt ou tard, les différentes parties pourront taire leurs divergences. Seulement que l’économie en souffrirait profondément. [Enfant] Le plus urgent, ce ne sont pas les inondations ou l’embellissement de Cotonou. Tôt ou tard, avec ou sans la mairie, la métropole béninoise sera plus vivable.
Ce qui est essentiel, important et urgent, c’est la réouverture de cet hôpital supposé de référence pour accueillir les femmes à qui Dieu a donné la grâce de donner la vie et donner les premiers soins et les premiers abris à ces créatures fragiles qui font leur entrée dans la vie. [Enfant] Pour environ 600 millions Fcfa, le Centre hospitalier universitaire de la mère et de l’enfant est fermé. Trois blocs opératoires défectueux. [Enfant] Pour une fois, les travailleurs de l’ex-Homel ne sont pas en grève pour des avantages corporatistes mais ont cessé tous travraux pour exiger la mise en place d’un plateau technique adéquat. [Enfant] L’urgence est là ! Les enfants, les femmes enceintes à sauver. Leurs cris de détresse résonnent le long des clôtures du Palais de la Marina. Seule une prise en charge urgente de cette situation pourra les faire taire à défaut de leur donner mieux le sourire. [Enfant] C’est l’essentiel.

Par Joël C. TOKPONOU
www.salamins.com

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires