Salamin Magazine
Image par defaut 1

Patrice TALON, entre le marteau du discours et l’enclume de l’action…

Le Président Patrice TALON, conduisant ce mardi la signature d’un protocole d’accord entre une association d’élus français d’origine béninoise et l’Association nationale des communes du Bénin (ANCB) a sensibilisé ses compatriotes à plus d’amour l’un pour l’autre et à l’abandon des réflexes dits de « béninoiserie ».

En effet, la « béninoiserie » est une expression de Me Robert Dossou inclus dans le langage populaire béninois désignant les actes de médisance et autres actes de jalousie et de destruction de l’autre dans lesquels les Béninois seraient passés maîtres.
Alors le Président de la République invite ses compatriotes à y mettre un terme en vue de redorer le blason de l’image de leur pays à l’étranger et rassurer les Béninois de la diaspora devenus de ce fait très méfiants.

Le contraste!

Tellement ce discours était beau et pénétrant que depuis sa délivrance, tous les médias, En chœur, s’emballent à en donner échos. Et c’est à juste titre car le Président de la République a touché un des maux du pays dont il a la charge.

Mais ne devrions nous pas espérer mieux de lui qu’un discours? Lui qui depuis deux ans, s’illustre dans une gouvernance dite « d’oppression et d’intimidation de tous ses compatriotes qui osent lever la moindre contradiction à son action ou qui affichent la moins grande ambition politique de le challenger dans quelque domaine que ce soit, la politique, les affaires et même le dialogue social ».

Telle une ironie du sort, peut être pas celui du Président de la République, 24 heures après ce discours, un énième round du procès de Laurent MÈTONGNON et ses co accusés dans une affaire dite de « rétro commissions perçues dans le cadre d’un placement illégal d’argent de la caisse de sécurité sociale auprès d’une banque proche de la faillite », s’ouvre avec des révélations établissant plutôt un dossier envoyé au tribunal par le Gouvernement sans la moindre preuve contre les prévenus qui malheureusement sont en détention préventive depuis bientôt un an.

N’est ce pas aussi une forme de « béninoiserie »? Si oui, alors le Président de la République doit bien plus qu’un discours à son peuple. Car la béninoiserie, c’est aussi de s’acharner à détruire tout ce que son compatriote a fait par le passé ou chercher à éviter la compétition électorale.

Par Ludovic GUEDENON

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires