Salamin Magazine

Politique au Bénin : La révocation, la sanction des maires non alignés

Avec la Rupture, le vocabulaire de la décentralisation s’est enrichi d’un nouveau vocable : la révocation. Certes, le thème n’est pas nouveau. Il est prévu par la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin comme l’extrême sanction. Mais jamais elle n’avait été appliquée avant de l’être successivement pour Léhady Soglo le 2 Août 2017, puis pour Casimir Sossou, le 16 Mai 2018.
Deux anciens maires, deux postures identiques. Ce qui fait évoquer la thèse d’une sanction politique contre des maires non alignés. Pas seulement parce qu’ils sont deux opposants.

L’ancien maire de Cotonou et l’ancien maire d’Aplahoué ont tous deux responsables de partis politiques ayant des procédures judiciaires en cours. Et tous deux appartiennent à l’aile non « régimiste » dans ces contentieux.
Dans cette bataille, à la Renaissance du Bénin, Léhady Soglo est presque seul contre ses anciens lieutenants et fidèles qui, même avant l’aboutissement du procès, ont déjà organisé un congrès, déclaré l’appartenance du parti à la mouvance présidentielle, adhéré au Bloc de la majorité parlementaire, obtenu la désignation de leurs membres dans des structures.

De son côté, Casimir Sossou, est resté fidèle à Emmanuel Golou dans sa bataille contre le clan soutenu par Bruno Amoussou. Ici également, le Parti social démocrate n’a pas attendu le verdict du procès avant de suivre la même itinéraire que la Renaissance du Bénin.

Léhady Soglo et Casimir Sossou ont aussi en commun leur survie aux vents de destitution. Que ce soit à Cotonou ou à Aplahoué, le vent de la destitution avait fortement soufflé, en vain. Apparemment, les ex-maires avaient l’ancrage nécessaire pour y résister. Face à cette résistance, le seul remède efficace, c’était donc la suspension puis la révocation.

Point n’est besoin de rappeler qu’aucun des deux maires révoqués n’avait milité pour l’élection du candidat Patrice Talon au premier de l’élection présidentielle de 2016. Léhady Soglo était dans le rang de Lionel Zinsou et Casimir Sossou derrière Sébastien Ajavon avec qui il n’a pas caché sa proximité même aux temps forts des démêlés du baron de la volaille avec le pouvoir de la Rupture.
Et il n’est pas évident que la liste de la révocation soit déjà close. Au suivant!

Par Joël TOKPONOU

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires