Salamin Magazine
Image par defaut 1

Politique/Bénin : Des jeunes leaders appellent à multiplier les « initiatives »

« Initiative ». Ce nom est désormais connu en République du Bénin pour désigner des manifestations locales de protestation contre la gouvernance du Président Patrice TALON. Parties de Nikki, Ouidah, Covè pour être spontanément reproduites dans chacune des soixante dix sept (77) communes, les « initiatives » ont depuis la condamnation de Sabi KOROGONÉ, porte parole de celle de Nikki, connu une pause.
Elles vont donc reprendre, annonce un communiqué conjoint de quinze (15) jeunes béninois de l’intérieur comme vivant à l’étranger et parvenu à notre rédaction.

Lisez ci dessous les motivations pour lesquelles ces jeunes appellent leurs pairs de toutes les communes à spontanément entreprendre des « initiatives locales ».

Le président Patrice Talon et son gouvernement sont restés sourds aux attentes des Béninois et ont donné sans cesse la priorité aux intérêts économiques de leur clan, au détriment du peuple Béninois, toutes classes sociales confondues.
Nous sommes tous conscients que les princes au pouvoir s’enrichissent en toute impunité en pillant les ressources de notre Nation, tandis qu’ils demandent au peuple affamé et humilié des efforts croissants.

Nous sommes tous des citoyens ayant la volonté d’apporter des évolutions lucides à notre société et d’amener à un fonctionnement honnête de la République.
Nous prenons nos responsabilités et refusons d’accepter la situation actuelle sans réagir.

Nous voulons permettre au peuple du Bénin de revenir au centre des institutions et des décisions politiques prises dans notre pays. Nous y arriverons par l’union des mouvements citoyens existants, de leurs idées et de leurs solutions, et par la mobilisation de millions de citoyens.

C’est par cette volonté et cette énergie humaine que nous arriverons à nos objectifs : redresser le Bénin, préserver les acquis démocratiques, sortir le peuple de la famine et de l’humiliation et redonner espoir à la jeunesse.

Nous voulons rendre au Bénin son indépendance et son autonomie de sorte que chaque loi, chaque arrêté, chaque décision soient pris en fonction des intérêts du peuple et donner naissance à la démocratie citoyenne.

Nous ne voulons pas être complices d’un pouvoir qui n’écoute pas son peuple en nous imposant des lois liberticides, scélérates et destructrices de nos acquis sociaux et démocratiques. Nous ne cautionnons pas ce système politique mafieux qui ne respecte pas ses engagements…
Nous n’acceptons pas la vassalisation de l’Assemblée nationale, de la justice, de la Haac et de la Cour constitutionnelle et surtout l’instrumentalisation du parlement qui a pour effet la suppression de nos libertés fondamentales.
Il est incohérent de nous laisser gouverner par un dictateur moderne coupable de nombreuses infractions pénales. Nous ne voulons pas de cette justice à “deux vitesses” où certains s’en sortent toujours alors que la pression des lois se fait toujours plus forte sur le peuple et la jeunesse.

Chers compatriotes,

Même si Internet et les réseaux sociaux sont de bons moyens de communication et d’information, ils ne suffisent pas à créer la chaleur collégiale et la dynamique sociale nécessaires à notre action. C’est pourquoi nous appelons aux “INITIATIVES LOCALES” pour l’éveil citoyen, une initiative républicaine qui se veut rassembleur en créant des rendez-vous réguliers et conviviaux au sein de nos arrondissements et villages, pour encourager les citoyens et les collectifs locaux à se réunir en dehors des réseaux virtuels.

Pour nous, le mot d’ordre est de fédérer la jeunesse autour de l’idée d’une mobilisation citoyenne et générale pour contraindre nos dirigeants à entendre nos exigences et mettre en place les solutions alternatives apportées par les collectifs citoyens.
Ensemble, le gouvernement et son chef seront dans l’obligation de nous respecter et de nous restituer notre souveraineté.

Les “INITIATIVES LOCALES” pour :
• relancer le contact entre les citoyens et créer des liens d’égalité entre eux,
• réclamer la restauration de la démocratie et de l’Etat de droit,…
• mobiliser les populations afin de leur permettre de retrouver les rênes des décisions politiques,
• permettre à la jeunesse de prendre conscience qu’une démocratie réelle, accomplie et représentative est la clé pour remettre le Bénin en mouvement,
• rejeter la charte des partis politiques, le code électoral et le code pénal,
• exiger la libération immédiate et sans condition des prisonniers politiques,
• exiger le retour au Bénin des exilés politiques,
• exiger l’audit international indépendant de la LEPI,
• dénoncer la pression fiscale sur le peuple,…
• dire le peuple a faim, la jeunesse sans emploi et les femmes ont faim,
• appeler au respect des Droits de l’Homme,…
• réclamer la réduction des coûts et l’amélioration de la qualité des services de communication électronique…

Participer aux “INITIATIVES LOCALES”, c’est être en parfait accord avec nos valeurs de paix et de liberté, auxquelles chacun d’entre nous demeure attaché. Ainsi nous parlons avec tout le monde sans distinction de religion et d’opinion politique.
Fidèles à nos valeurs, nous rencontrons, nous écoutons, nous discutons, parce que nous souhaitons restaurer un vrai dialogue social et politique où tout le monde peut s’exprimer librement.

Le pouvoir a peur d’une union entre tous les Béninois de l’intérieur et de l’extérieur qui partagent le constat de blocage du pays, car il sait que l’Union fait la force, alors il se défend en lançant des attaques diffamatoires et mensongères. Nous savions que cela pouvait arriver si dans chaque localité du pays, dans chaque commune, dans chaque village, dans chaque quartier, dans chaque arrondissement, dans chaque maison et même dans la diaspora les « Initiatives locales » venaient à prendre de l’ampleur et cela ne nous effraie pas. Au contraire, c’est le signe que ce système est à bout de souffle et qu’il n’arrive à se défendre qu’en détruisant, en persécutant et en diffamant ceux qui s’opposent à lui.

Les attaques et les persécutions que subissent les combattants de la liberté montrent que le réveil des populations, notamment de la jeunesse, à travers les « Initiatives locales », prend de l’ampleur et dérange fortement le pouvoir en place, par sa volonté d’unir TOUS les citoyens dans le but de créer un mouvement populaire à l’échelle nationale, initiateur d’une réelle démocratie.

A l’instar de ce qui s’est passé à Nikki, Covè, Ouidah, Cotonou, Tchaourou, Comè, Akpakpa, Porto-Novo, Dassa, Savè, Parakou… que de partout, sur l’ensemble du territoire national, chaque jour, qu’il y ait des « Initiatives locales» pour exprimer notre indignation, dire au gouvernement et à son chef : « Trop c’est trop. On en a marre. Ça suffit maintenant. Ecoutez-nous ou dégagez ».

Vous êtes un digne fils du Bénin et vous êtes déçu de la manière dont votre pays est géré, indignez-vous, même si vous êtes seul, depuis votre chambre, votre salon, la cour de votre maison, votre champ, votre atelier, au marché… Exprimez-vous et faites le savoir sur les réseaux sociaux.

Renseignez-vous sur les activités des « Initiatives locales » qui se déroulent près de chez vous et venez y participer. Prenez une photo de vous et postez-la avec le hashtag #BéninDémocratieEnDanger.
N’attendons rien des IMPOSTEURS qui pillent notre pays et répriment notre peuple. N’espérons pas qu’ils nous protègent, ils nous mettent en danger ! Ils n’ont que le mensonge à la bouche, ne se nourrissent que de corruption et ne pensent qu’à leurs affaires et à leur carrière politique. Certains d’entre vous l’ont compris déjà depuis longtemps, pour d’autres, le réveil est brutal.

Malgré les intimidations et les menaces de tous genres de la police et de la justice politique de Talon, nous devons garder notre sérénité, car les « Initiatives locales » ou les « Rencontres citoyennes » sont les seuls remèdes efficaces pour mettre un terme à cette gouvernance qui tire le Bénin vers le bas.
Jeunesse du Bénin, ils ont tout fait pour nous diviser, nous allons tout faire pour nous unir !
Ceci n’est pas une manœuvre politicienne, mais un acte de citoyenneté nécessaire à la survie nationale.

LA SEULE SOLUTION, C’EST L’UNION !
TOUS ENSEMBLE, NOUS POUVONS Y ARRIVER.
NOUS DEVONS Y ARRIVER. IL Y VA DE NOTRE SURVIE.
UNISSONS-NOUS ET VOYONS NOS DIFFERENCES COMME UNE FORCE !
NE TOMBONS PAS DANS LE PIEGE DE LA DIVISION ET DE LA TERREUR DU DICTATEUR PATRICE TALON !

Vive la République !
Vive le Bénin !
Vive Les « Initiative locales »
Résistance à la dictature autocratique de Talon

ADHERONS MASSIVEMENT AUX “INITIATIVES LOCALES”

Nous vous remercions.
Cotonou, le 17 octobre 2018

ONT SIGNE :

1- Léonce HOUNGBADJI (Bénin)

2- Dr Bertin S. KOOVI (Namibie)

3- Franck KPASSASSI (Bénin)

4- Doris BOSSOUDAHO (France)

5- Kamar WASSAGARI (Bénin)

6- Juste-Flavius EWINSOU (Canada)

7- Constantin AMOUSSOU (Bénin)

8- Richard BONI OUOROU (Canada)

9- Cyrille Ghislain TOHOUENOU (Bénin)

10- Habib AHANDESSI (Bénin)

11- Komlan Rigobert MISSINHOUN (France)

12- Prudence TESSI (Bénin)

13- Djarra Moussa SOUMANOU (Bénin)

14- Souleyman AROUNA (Washington)

15- Gilles MONTCHO (Bénin)

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires