Salamin Magazine
toboula

Préfecture de Cotonou : Une odeur de malgouvernance dans la gestion des cartes d’identité ?

Que se passe-t-il au niveau du service d’établissement des cartes d’identité nationale de la préfecture de Cotonou ? Quelles sont les irrégularités relevées par la mission de contrôle qui y était récemment ? Des questions qu’on doit se poser au regard des échos.
La préfecture de Cotonou a été visitée par les services d’inspection du ministère jusqu’à la semaine dernière. Plusieurs services de cette administration ont été passés en revue dans cette opération classique qui a pour finalité de relever les insuffisances dans la gouvernance et de les corriger après avoir engagé les procédures qu’il faut contre les responsables des fautes. Selon des sources proches de l’administration de la préfecture, il n’est pas à exclure que plusieurs personnes soient interpelées dans les prochains jours pour répondre de faits supposés de mal gouvernance. Et si ces faits étaient avérés, il va de soi que le premier responsable de la préfecture sera aussi interpellé.
A en croire d’autres sources, les pages du rapport sur lesquels les contrôleurs s’attardent davantage pour épingler les éventuels présumés auteurs de malgouvernance concernent surtout les activités d’établissement de cartes d’identité.
Ces sources, proches des structures de veille citoyenne indiquent que la société civile s’apprêtait à se saisir des signaux qui commençaient à lui parvenir de manière insistante lorsqu’elle a ouïe dire qu’une mission de contrôle diligentée par l’Inspection générale du ministère (IGM) de la décentralisation à la préfecture de Cotonou et dont le rapport attendu pourrait confirmer ses soupçons.
Elle réserverait ainsi ses actions en fonction de l’exploitation que ferait l’autorité de tutelle d’un tel rapport annoncé à tout le moins « rocambolesque » pour plusieurs responsables de la préfecture de Cotonou.
Approchés, d’autres cadres de la préfecture ayant subi les interrogations du corps de contrôle estiment que tout s’est passé normalement et qu’ils n’ont pas d’inquiétudes.
Par Emmanuel H. (Stagiaire/Licence en Journalisme)

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires