Salamin Magazine
candide azannai

Les raisons plausibles de la démission de Candide Azannai du gouvernement

 

A la surprise générale, le ministre délégué chargé de la défense nationale a quitté le gouvernement. Candide Azannaï a quitté la barque « Talon » après onze mois à ce poste. C’est sur sa page facebook qu’il a donné l’information. Il a été aussitôt relayé par son suppléant à l’assemblée nationale, le député Guy Dossou Mitokpè. “J’ai décidé de remettre ma démission du Gouvernement. La lettre de ma démission dans laquelle j’ai prié Monsieur Patrice TALON, Président de la République, Chef de l’État , Chef du Gouvernement d’accepter ladite démission, lui a été déposée dans son Cabinet particulier ce matin à 08 heures 24 minutes “, a indiqué le ministre démissionnaire.

Selon des sources bien crédibles, la démission de Candide Azannaï fait suite à une séance houleuse qu’il a eue tôt le matin avec le Chef de l’Etat. Or il devrait faire une tournée dans les casernes. Visiblement, le Président de la République n’a pas approuvé cette activité de son seul ministre délégué.

Mais cette mésentente n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il est connu que le ministre délégué chargé de la défense était à l’étroit dans le gouvernement. Seul ministre délégué, son ministère a été amputé de la direction de la gendarmerie, ou tout au moins des gendarmes. De ce fait, l’homme est réduit à diriger seulement l’armée, exactement comme le Chef d’État-major.

Et pourtant, Candide Azannaï n’a pas joué les seconds rôles lors des joutes électorales. Il avait joué les premiers rôles, prenant avec le régime passé, d’normes risques.

C’était donc une récompense en monnaie de singe que de lui attribuer un portefeuille aussi squelettique.

Certaines sources informent que le désormais ancien ministre délégué chargé de la défense nationale n’a pas supporté le fait de n’avoir pas été au cœur du processus de la révision de la Constitution et particulièrement de n’avoir pas eu grande connaissance d’une loi récemment votée par les députés mais qui concernaient au plus haut point son secteur.

Cette démission est signe d’un malaise au sein de l’équipe gouvernementale.

Il reste à se demander qui remplacera le ministre démissionnaire ? certains parlent déjà de Modeste Toboula.

Par Séraphin ADOKIN

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires