Salamin Magazine
Hehomey-propagande

Remaniement du gouvernement : Les premiers bénéficiaires du limogeage de Hervé Hêhomey

Avec son surprenant limogeage par le Chef de l’Etat, l’ascension politique fulgurante du désormais ancien ministre des infrastructures et des transports risque de prendre un coup. Et un de vrai. Hervé Hêhomey, avec son mouvement RANED, commençait, certes en apparence, à se hisser au rang de certains ténors politiques de la région Agonlin (Covè, Zagnanado, Ouinhi) qui constitue avec Zogbodomey et Zakpota la 24ème circonscription électorale, s’agissant des élections législatives. Lazare Séhouéto, Boniface Yèhouétomey, Janvier Yahouédéhou et autres, devraient déjà voir en ce nouveau venu, un concurrent de taille. Surtout qu’il était porteur du lourd portefeuille des infrastructures et des transports.
Sur les marches de son élévation politique, Hervé Hêhomey sautait, avec ardeur, certains escaliers. Et n’eût été ce limogeage, il délaisserait les escaliers pour l’ascenseur. Son RANED, tout premier mouvement politique créé par un ministre du gouvernement du Nouveau départ (et il reste jusque-là le seul) commençait par se voir trop fort sur le terrain politique. La proximité de Hervé Hêhomey avec Patrice Talon et sa détermination à répandre l’évangile du PAG ajoutées à ses ambitions politiques perceptibles ne pouvaient que donner des sueurs froides à ses vis-à-vis de la mouvance présidentielle. La très convoitée « tête de liste » pour les élections législatives étant toujours en jeu. Du moins, au cas où la mouvance aurait une liste unique.
Par cette éviction, Patrice Talon, sans peut-être le savoir et le vouloir, élimine un leader politique de plus dans la 24ème circonscription électorale. Et ce n’est pas pour déplaire à Séhouéto, Yahouédéhou, Yèhouétomey… pour ce qui concerne la mouvance.

Joël AÏVO et Guy MITOKPE constatent l’échec du zèle
Sans qu’ils ne l’aient nommé, il est difficile de dissocier les réactions du doyen de la Faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi, Joël Frédéric AÏVO et du député Guy Dossou MITOKPE de l’actualité du limogeage du Ministre béninois des Infrastructures et des Transports, Hervé HEHOMEY.

Avec 15 heures d’écart, le député et le constitutionnaliste ont posté chacun sur leur profil facebook un coup de cœur, appelons-le ainsi. Drôle de hasard. Et comme par hasard, tout ce décryptage de l’échec du zèle intervient au lendemain du limogeage du très zélé ministre des infrastructures.

Si pour l’honorable Guy Dossou MITOKPE, « en politique, seule la fidélité inconditionnelle envers la République est noble, le zèle envers un système vous emporte toujours », le professeur de droit constitutionnelle Joël Frédéric AÏVO, énonce pour sa part que « dans tous les cas, aucune cause ne mérite qu’on la serve avec indignité et un zèle qui vous discréditent et vous ridiculisent à la fin ».
Le professeur s’est d’ailleurs demandé dans le même tweet « à quoi ça sert de servir en zig zag et surtout sans confiance légitime de ceux que vous êtes censés servir ? » avant de tirer, certainement, de ce limogeage, « une leçon de la vie qui s’impose à nous tous et qui rattrapera, tôt ou tard, ceux d’entre nous qui s’en écartent, volontairement ou contraints, de bonne ou de mauvaise foi ».

Déodoras GOUGBEDJI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires