Salamin Magazine
téléchargement

Restructuration de Libercom Sa et autres : Démarrage en trombe d’une course vers un monopole privé à haut débit

Précédés de quelques actes très peu anodins pour les esprits avertis, les premiers actes officiels du basculement du patrimoine public des services numériques béninois vers le privé ont été finalement pris par le Conseil des Ministres en sa séance du mercredi 21 juin 2017. Chronique du démarrage d’une course vers un monopole privé déguisé.

Cotonou, mercredi 21 juin 2017 alors qu’il sonnait 17 heures, heure locale, un député membre de la septième législature contacte notre rédaction aux fins de vérifier la disponibilité du compte-rendu du conseil des ministres du jour. Il ne l’était guère. Pourtant, l’habitude depuis peu est à la diligence dans la publication des comptes rendus du conseil des ministres. Plusieurs heures plus tard, sans que cela n’ait fait le buzz habituel dans les canaux numériques de diffusion, le compte rendu du conseil des ministres du 21 juin 2017 est enfin disponible.

Curieux contenu en sa page 9, appréciant une communication présentée par le Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication au sujet de la « restructuration de Libercom Sa, Bénin Télécoms Services Sa et Bénin Télecoms Infrastructures Sa », le Conseil des Ministres « a décidé des mesures ci après : la dissolution anticipée de Libercom Sa, la dissolution anticipée de Bénin Télécoms Infrastructures avec transfert d’actifs sains vers une société de patrimoine publique, le transfert des équipements de téléphonie fixe de Bénin Télécoms Services vers la société de patrimoine publique, la sélection d’un partenaire pour la gestion commerciale et la maintenance des équipements transférés à la société de patrimoine, la sélection d’un partenaire pour une gestion de type privé de Bénin Télécoms Services ».

Il est créé un comité ad’hoc présidé par le Ministre de l’Economie et de des Finances, « instruit à l’effet de faire les diligences nécessaires » pour l’aboutissement de la mise en œuvre du plan de restructuration ainsi approuvé.

Procédure de sanctions contre les opérateurs privés

Ces décisions du conseil des ministres surviennent dans un contexte que certains observateurs jugent « très difficiles » pour les groupes privés qui investissent depuis plus d’une décennie dans l’activité de la téléphonie mobile en République du Bénin. Le lundi 05 juin 2017, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (Arcep-Bénin) par quatre décisions prises par le conseil de régulation et signées de son Président, Monsieur Bachabi, ouvre une procédure de sanction contre les trois opérateurs privés de téléphonie mobile encore en activité. Des trois cibles des sanctions à venir, l’opérateur Moov est lui seul, visé par deux procédures. En dehors de celle qu’il a en commun avec ses deux autres concurrents et relative à la qualité des services offerts aux consommateurs, il est poursuivi dans une affaire présumée de fraude sur le trafic de communication à l’international, un phénomène connu sous le nom « simbox ».

Comptes bancaires boqués, travailleurs sans salaire chez MTN

Le contexte est encore plus difficile pour l’opérateur Spacetel connu sous le nom commercial MTN-Bénin. Depuis quarante cinq (45) jours tous ses comptes bancaires sont bloqués dans le cadre d’un bras de fer qui l’oppose à l’administration centrale sur le recouvrement d’impôts et de contribution à la réalisation du Plan d’Actions du Gouvernement (PAG), nous ont soufflés de sources proches des prestataires et partenaires de l’opérateur. En effet, à l’endroit de ses prestataires et partenaires, l’opérateur MTN-Bénin n’est plus arrivé depuis bientôt deux mois à effectuer le moindre payement. Autant les tentatives de son directeur général de rencontrer le ministre de l’Economie et des Finances ont été vaines jusqu’à récemment, autant ses tentatives d’ouverture de nouveaux comptes bancaires ont coupé à une banque ayant accepté de lui ouvrir ses portes, la « violence menace » de retrait de son agrément.

L’incapacité de faire des opérations financières a atteint depuis ce jeudi 22 juin 2017 les travailleurs qui, à trois jours de la date de paye de leur salaire du mois de juin ont reçu de la direction générale la notification de ne guère espérer.

Aux milliers de famille déjà en difficulté du fait des suppressions d’emplois, de dissolution d’entreprises publiques dans le secteur du développement rural et depuis ce mercredi 21 juin des services numériques, vont s’ajouter de milliers autres tirant leur survie de leur lien fonctionnel avec l’opérateur de téléphonie mobile MTN-Bénin.

Encadré : Un monopole minutieusement préparé dans l’opinion

Sur les cendres du désormais ex Libercom Sa va naître un opérateur de téléphonie mobile fort. Tout porte à le croire et très peu de béninois paraissent encore dupes sur la question. « Nos esprits sont déjà préparés à la chose », avouent certains, faisant référence non seulement aux constats de plus en plus récurrents des insuffisances des opérateurs privés agréées mais aussi aux messages d’appels au patriotisme qui sont lancés de temps en temps dont celui titré il y a quelques semaines « un béninois, une sim Libercom ».

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires