Salamin Magazine
Image par defaut 1

Révision manquée de la Constitution : Les paradoxes Atao, Saley, Houndété lors du vote des députés

Le verdict du processus de révision de la Constitution est connu depuis la nuit d’hier. Les députés n’ont pu modifier la loi fondamentale comme le souhaitaient le Bloc de la majorité parlementaire conduit par Bruno Amoussou. La ruse du Renard de Djakotomey n’a pas été suffisante pour réunir les 66 voix nécessaires pour une révision sans référendum de la Constitution. Mais sur le parcours, le vote des députés à la plénière laisse constater plusieurs paradoxes.

La surprise a été grande lorsqu’à la plénière, le député Corneille Padonou du Parti du renouveau démocratique a été annoncé comme porteur de la procuration de son collègue Atao Hinnouho actuellement détenu à la prison civile de Cotonou. Certes, c’est du droit du député empêché de donner une procuration, mais celui-ci avait un statut particulier. Quelques semaines plus tôt, le baron des médicaments d’Adjégounlè avait été déclaré “fou”. Et donc inapte pour signer une procuration. La surprise était encore plus grande quand la procuration était détenue par un député du BMP. Et pourtant, Atao était fou, a-t-on dit. Comment Atao qui, récemment encore dans des supports abondamment relayés sur les réseaux sociaux, disait être opprimé par le gouvernement en est venu à délivrer une procuration à un député de la mouvance ? A quel moment Atao et le pouvoir ont scellé leur lien pour cette surprenante lune de miel ? Ou alors, la procuration serait-elle la contrepartie pour une libération du député qui se disait prisonnier politique ? Par conséquent, devrait-on s’attendre à une libération prochaine du député même son vote n’a vraiment pas été utile ? Autant de questions dont les réponses permettront de mieux comprendre revirement spectaculaire.

L’autre paradoxe du vote, c’est l’abstention du député Eric Houndété. Certes, cette position semble bien confirmer ce que pourrait sous-entendre son silence depuis l’avènement du régime de la Rupture.

C’est vrai que la position des députés Issa Salifou et Sofiath Schanou parait aussi surprenante. Eux qui avaient voté contre la révision le 4 avril 2017. Si la députée de Porto-Novo n’a réellement pas connu de démêlées ouvertement avec la Rupture, ce n’est pas le cas, de son collègue patron de Canal 3 Bénin. Ses empoignades avec le régime de Patrice Talon ont été nombreuses. Elles vont de l’appel au soulèvement des musulmans lors des déguerpissement aux accusations de fraude sur les compteurs de la Société béninoise d’énergie électrique en passant par l’affaire Bell Bénin. Mais sans crier gare, Saley est désormais dans la mouvance présidentielle. Les mauvaises langues racontent qu’il a été le démarcheur du retour de Atao.

Tout ceci révèle le Bénin d’une certaine manière. C’est le Bénin politique révélé.

Joël TOKPONOU

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires