Salamin Magazine
parcelle

Sèmè-Kpodji : Un ancien député PRD au cœur d’une affaire domaniale

L’affaire court depuis quelques semaines et devrait être déférée devant le procureur de la république du tribunal de première instance de Porto-Novo. Un ancien député du Parti du renouveau démocratique originaire de Porto-Novo, est au cœur d’un dossier foncier aux contours flous. La victime de cet ex honorable, c’est un jeune, la quarantaine environ .
Et pourtant, rien ne présageait d’un piège à homme dans cette transaction foncière. Toute la procédure s’était déroulée sous l’égide du chef d’arrondissement d’Agblangandan, dans une confiance totale. « Sur les 9 millions FCFA que devrait coûter la parcelle, j’ai versé 6,5 millions FCFA. Il reste donc à verser plus tard 2,5 Millions FCFA », confie la victime. « Malheureusement, une fois le paiement de ce premier acompte effectué par chèque bancaire, il m’est devenu impossible de rentrer en possession des papiers de la parcelle », poursuit le jeune homme.
Plus tard, il se rendra compte qu’une clôture de fortune est érigée sur la parcelle située dans a commune de Sèmè-Kpodji. Ses enquêtes personnelles l’ont conduit vers le propriétaire réel de la parcelle qui était détenteur des véritables papiers et du vrai numéro d’état des lieux. Le pot aux roses est ainsi découvert.
Dans l’élan de rentrer en possession de l’acompte précédemment versée, la victime est tournée en rond longuement. Même le recours au maire de Sèmè-Kpodji, membre également du PRD, n’a pas permis de dénouer la situation. Devant le premier adjoint au maire à qui le dossier a été confié, le faux vendeur a décidé de reverser les fonds mais en plusieurs acomptes. Ce à quoi s’est opposée la victime. « Moi, je n’ai joué que le rôle de facilitateur. Mais je pense que le jeune homme aurait pu accepter les conditions de remboursement proposées par l’honorable », estime le Chef d’arrondissement d’Agblangandan à qui la parcelle était confiée.
Saisie, la sous-direction des affaires économiques (ancienne BEF), n’a également pas pu mettre la main sur l’intégralité du montant.
D’ailleurs, « c’est devant les éléments de cette structure que l’ancien député a déclaré avoir déposé une partie des fonds sur mon compte bancaire », explique le jeune. Pour le moment, aucune idée de ce qui adviendra du reste de l’argent. Paradoxalement, l’affaire continue de traîner à l’ex BEF à cause du démarcheur qui se refuse de témoigner. « Difficile de dire l’importance de son témoignage si le mis en cause a déjà reconnu les faits », apprécie le juriste Hilaire Sèwanou.
Toutes les démarches pour rencontrer l’ancien député résidant à Akonaboè dans la commune de Porto-Novo pour avoir sa version des faits ont été vaines.
Par Joël C. T.

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires