Salamin Magazine
IMG-20170715-WA0001

Situation confuse au Burkina Faso : Komi Koutché apporte son soutien et lance un appel à l’Afrique

Le malaise qui secoue le Burkina-Faso inquiète au delà de ses frontières. Une situation qui n’a laissé personne indifférent a fait sortir une fois encore l’ancien ministre d’État béninois chargé des finances, Komi Koutché. Il a, dans son adresse, témoigné sa solidarité au peuple burkinabé ainsi qu’à ses dirigeabts. En effet, le Burkina-Faso a fait objet d’une attaque en fin de semain qui a qui provoqué plusieurs blessés et qui a semé une psychose générale, vu l’origine plus ou moins inconnue de l’attaque et de ses auteurs. ” Je voudrais exprimer ma solidarité au Peuple burkinabé face Aix attaques barbares de ce vendredi 02 mars 2018″, peut-on lire sur un post qu’il a fait sur sa page officielle du réseau social facebook. L’ancien argentier béninois sous le régime défunt est ainsi affecté par le problème de ses pairs africains et n’a pas pu s’empêcher de le faire savoir. Il a, à cet effet, indiqué que les dirigeants africains font d’efforts louables et qu’ils ont besoin d’être aidés dans ce sens.

Komi Koutché est allé loin. Pour le jeune ministre d’État béninois chargé des finances sous Yayi Boni, les attitudes à adopter en vue d’éviter que de telles situations ne surviennent sont claires et simples. Il faut la coopération de tout le peuple. Pour l’ancien ministre d’État béninois la rétention d’informations favorise à plus d’un titre des actes crapuleux comme celui qui a frappé le pays des hommes intègres. “Il apparaît nécessaire qu’en plus les efforts de nos dirigeants pour nous protéger contre les menaces terroristes, que nous nous organisons à ne plus garder pour nous les informations sur des mouvements que nous jugeons suspects dans nos environnements “, a-t-il laissé transparaître. Komi Koutché est ainsi préoccupé par la sécurité des africains et s’est fait le devoir de montrer au peuple du continent noir le chemin à suivre pour marche efficacement vers l’éradication des actes perpétrés par le terrorisme ainsi que d’autres sources.

Plusieurs dirigeants africains notamment le président togolais, président en exercice de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, Faure Gnassingbé, le président Rock Kaboré du Burkina-Faso se sont également exprimés sur le sujet.

Clément WINSAVI

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires