Salamin Magazine
salamins-vox-populi

Vox Populi : Les consommateurs mangent le pain… la peur au ventre

Fidèles amis d’ici et d’ailleurs, vous recevrez désormais chez vous de l’information fiable, vérifiée et exigeante que vous propose l’équipe de Salamin, une aventure pour un média par tous et pour tous.

Lisez donc chaque mois, nos dossiers « Enquête » dont le premier numéro traite d’un sujet de grande importance : la qualité et la composition du pain que nous consommons.

Les rédacteurs de Salamin l’ont traité sous divers angles et avec divers acteurs. Ainsi vous aurez à lire :


Au Bénin, les pains notamment ceux désignés « Fantaisie » par les réglementations en vigueur sont mangés, la peur au ventre par les consommateurs qui ignorent visiblement tout, tant de leur composition que de la conformité de leur poids aux normes prescrites par l’arrêté 2005/097/MICPE/DC/SGDCCI/DMCQ/SCSP du 31 Août 2005 portant fixation des poids et prix du pain en République du Bénin. Quelques consommateurs rencontrés à Cotonou témoignent ici de cette hantise dans laquelle ils consomment le pain. Pathétique.    

                            

Houéto Léonard, consommateur à Abomey

Nous n’avons pas d’informations sur le pain. Les gens disent beaucoup de choses sur ça. Mais les polémiques ne nous empêchent pas d’en manger. Nous n’avons pas de choix. Nous avons peur mais ne n’y pouvons rien.

 

Savi Lemon, consommateur à Parakou

Affaire de maladies du pain, c’est pour les blancs. Nous consommons le pain sans nous soucier du reste. Nous n’avons même pas le choix. De plus, il n’y a personne pour nous défendre, nous les consommateurs. Les associations de consommateurs ne mènent pas des actions sévères contre les boulangeries fautives. On s’y plait donc malgré qu’on soit exposé à des maladies graves.

 

Rosette KELANI, une Consommatrice

Le pain est le B-A BA du petit déjeuner. Nous aimons bien en consommer. Avec tout ce qu’on entend à la radio et à la télévision sur sa fabrication, on a peur. Le mal est qu’on ne peut même pas arriver à distinguer sur le marché le bon pain du mauvais. A l’achat, c’est clair qu’on se pose des questions sur la qualité du pain pour notre organisme…C’est un risque énorme que nous prenons. Moi j’avoue que la fréquence avec laquelle je prenais le pain a baissé en raison justement de ce que sur le marché on ne sait plus qui vend du bon pain. L’Etat doit pourvoir assainir le secteur et permettre aux consommateurs que nous sommes, de prendre du pain en toute quiétude.

 

Dicorel ZOHOUN, un consommateur

J’ai appris que la fabrication du pain ne répond pas aux normes en vigueur. Mais je prends le risque de payer. On ne peut pas s’en priver. J’achète et je reste en prière pour la suite. On essaye de faire avec. C’est Dieu qui nous sauve dans cette histoire-là…

 

Michelle ZOMAHOUN, un consommateur

C’est malheureux quand vous consommez un produit dont on ne vous renseigne pas sur sa qualité. On s’empoisonne gratuitement…et librement. C’est avec un sentiment de peur et de crainte que je vais acheter du pain…dans un pays qui est censé assurer la protection des citoyens.

 

 

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux