Salamin Magazine

Affaire « financement de terrorisme »: La mauvaise foi des Kérékou utilisée à charge contre Reckya Madougou

Interpellée et déposée en prison début mars 2021, l’opposante béninoise et candidate recalée à la l’élection présidentielle, Reckya Madougou se retrouve victime de la mauvaise foi des héritiers de feu général Mathieu Kerekou, à en croire des faits rapportés ce mercredi 31 mars 2021 par nos confrères de Matin Libre, un journal béninois d’informations générales. 
De la publication du journal que notre rédaction a pu consulter et des témoignages obtenus auprès de proches de l’opposante, il s’établît qu’effectivement, courant 2018, des messages destinées à l’ambassadeur Moïse Kérékou, fils du général et ancien président défunt, ont atterri « par inadvertance » sur le téléphone de son jeune frère d’une autre mère, Modeste, membre du gouvernement dont relève le ministère public dans l’affaire.  Ces messages, selon les confidences  de l’ex garde des sceaux aujourd’hui en détention, s’inscrivent dans un contexte totalement loin de toute éventualité de conspiration contre l’état béninois et contre son chef, Patrice Talon. Ils sont relatifs, nous append Matin Libre, « à la démolition de la résidence les Filaos de l’ancien président Mathieu Kérékou en vue de sa transformation en un jardin public dénommé « Jardin de Mathieu ». 
A l’époque, confie Reckya Madougou, elle a été sollicitée par l’ancien ambassadeur du Bénin près la Turquie Moïse Kérékou à l’effet d’obtenir des chefs d’Etat de la sous-région la conservation de la résidence pour sa transformation en un musée. Jugeant incongrue la décision de démolition de la résidence du défunt président Mathieu Kérékou, Reckya Madougou a décidé de s’investir et d’obtenir l’intervention des certains chefs d’Etat de la sous-région.« Après ses plaidoyers officieux auprès des chefs d’Etat, la question a été discutée entre certains et ils ont convenu d’envoyer un émissaire à Patrice Talon pour lui porter leurs conseils amicaux sur le sujet, se fondant sur la mémoire du Général et les désirs de ses héritiers qui, par le truchement de Reckya Madougou, les ont saisis par courrier », écrit Matin Libre. C’est donc au moment d’apporter la nouvelle à Moïse Kérékou que le message a été envoyé par erreur à Modeste Kérékou dont elle se serait étonnée de l’attitude dans le dossier.Reckya Madougou, rapporte Matin Libre, affirme avoir informé le même jour l’ambassadeur Moïse Kérékou de ce qu’elle a envoyé par inadvertance le message qui lui était destiné à son frère Modeste Kérékou
Or ces messages avaient été présentés le vendredi 05 mars 2021 par Modeste Kérékou, quelques petites heures avant la mise sous mandat de dépôt de l’opposante, comme étant des preuves d’une conspiration contre le président de la République du Bénin et contre la stabilité de son pays, à partir de l’étranger. Ces éléments à charge, avait il laissé dissimulé, établiraient qu’effectivement Reckya Madougou et ses complices présumés dont des chefs d’état de la sous région Ouest africaine, préparaient depuis deux ans des troubles au Bénin. Ce qui corroborerait selon plusieurs soutiens du gouvernement, la piste d’actes de terrorisme, sur laquelle est le parquet spécial de la CRIET  en poursuivant Reckya Madougou pour « financement de terrorisme ». 
Moïse Kerekou qui connaît pourtant l’historique de ces conversations et qui, militant désormais aux côtés des forces politiques de l’opposition a été témoin de l’arrestation de sa camarade de lutte Reckya Madougou et de la sortie à charge de son jeune frère, est à ce jour dans un silence qui tout comme la sortie de son frère, est perçu par des béninois « d’actes de mauvaise foi » contre une personne dont le seul péché est d’avoir tenté de rendre à leur père sa dignité.

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires