Salamin Magazine

Bénin / Actualité : Komi Koutche s’oppose à des simulacres d’élections

Conformément à la constitution du 11 décembre 1990 et aux lois électorales en vigueur, le Bénin devrait en 2020 et en 2021 organiser respectivement de nouvelles élections municipales, communales et locales d’une part puis présidentielle de l’autre. Pour ce faire, autant dans le camp du pouvoir que dans celui de l’opposition, des ambitions de se porter candidat à l’une et ou l’autre de ces consultations électorales se manifestent par divers signes de plus en plus perceptibles. Komi KOUTCHE, objet de représailles multiples depuis 2016, semble ne pas être prêt à se nourrir de telles illusions. « Il est irréaliste de prétendre aujourd’hui à être candidat à quoi que ce soit sans au préalable se battre pour la restauration de règles de jeu équitables », conseille l’homme dont les expériences de pouvoir dit-il, « me permettent d’envisager plus loin que chaque acte que pose le régime de la rupture ».

Au Bénin, une crise politique sévit depuis les élections législatives du 28 avril 2019 desquelles l’ensemble des formations politiques dont le discours est contraire à celui du régime en place a été purement et simplement exclu entrainant un faible taux de participation estimé à environ 20% par les institutions en charge de l’organisation desdites élections. Le pouvoir en place est désigné par les opposants de la “Résistance ” comme le principal commanditaire et bénéficiaire de cette exclusion par diverses méthodes dont la prise de lois jugées « crisogènes », des actes de répression d’opposants contraints à l’exil, la confiscation de documents administratifs tels les quitus fiscaux des opposants et le certificat de conformité des partis de l’opposition à la nouvelle charte des partis, etc.

Les 10, 11 et 12 octobre 2019, le Président de la République, a convoqué un dialogue politique qui pour Komi KOUTCHE, l’un de ses opposants, n’en est pas un.

De Chicago ce dimanche 20 octobre 2019, face à la communauté des béninois vivant en Amérique du Nord et d’où il a lancé officiellement l’appel à un engagement de tous pour « Sauver le Bénin », Komi KOUTCHE explique qu’un dialogue suppose une discussion entre deux parties en conflit. Dans le cas de la situation politique tendue que connaît le Bénin depuis les élections législatives du 28 avril 2019, Komi KOUTCHE a été formel, « le conflit oppose le peuple et le Président Patrice TALON ». Or, regrette-t-il, « ce qui est appelé dialogue politique n’a réuni qu’une des parties en conflit. Ce sont le Président Patrice TALON et ses partisans qui se réunis. C’est un simple rassemblement et non un dialogue », a-t-il conclut.

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires