Salamin Magazine

Bénin/Actualité: L’approche TALON imitée par ses soutiens à la base ?

En République du Bénin, la signature de l’Etat peut d’un dirigeant à un autre être remise en cause dans le cadre de contrats publics dûment convenus et dont la validité court toujours. 


Beaucoup ont découvert cette méthode à l’avènement du Président Patrice TALON à la tête de la magistrature suprême en avril 2016 où plus d’un millier de milliards de contrats publics dans divers domaines dont les infrastructures notamment ont été unilatéralement résiliés sans respect des clauses prévues auxdits contrats pour leur résiliation, dénonciation ou suspension. 


Il s’en était suivi un tollé qui n’avait guère ému les nouveaux dirigeants pour qui ces contrats auraient été signés sans rigueur ni procédure orthodoxe par leurs prédécesseurs. 
La méthode visiblement fait école et certains soutiens du Président de la République à divers niveaux de responsabilité, semblent trouver dans cette forme d’abus de pouvoir, le boulevard pour la réalisation de leurs indicateurs de performance. 

Parakou, l’une des trois communes à statut particulier du Bénin à la tête de laquelle a été porté Monsieur Charles TOKO, un soutien et ami personnel du Président de la République, le 03 octobre 2016, il est fait à une convention de type BOT relative à l’aménagement, la construction et l’exploitation d’une zone d’activités commerciales sur la place Tabéra, un sort similaire à celui qu’ont connu des contrats au sommet de l’Etat à l’avènement du Président Patrice TALON. 


Objet déjà de plusieurs actes de justice et autres constatations d’entraves, l’affaire qu’on pourrait dénommer « affaire Continental BTP/Mairie de Parakou/Charles TOKO » et à laquelle les publications Salamins consacreront une série de publications de résultats d’une enquête que la rédaction a ouverte, a démarré en 2012.

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires