Salamin Magazine

Bénin / Commerce : Ce que coûte la fermeture des frontières du Nigeria aux Béninois

Depuis ce mardi 20 août 2019, les frontières du Nigeria avec certains pays dont le Bénin sont fermées. Les autorités nigérianes évoquent une opération de sécurisation, de lutte contre le terrorisme et la contrebande. Et l’opération devraient durer 28 jours. Au poste de contrôle juxtaposé de Sèmè-Kraké ce jeudi 22 août 2019, c’est toujours le calme plat et de longues files de camions de part et d’autre. Seuls les piétons munis de leurs passeports ont la possibilité de traverser les frontières. Cette situation a d’importantes implications sur l’économie béninoise.

C’est d’abord un coup dur pour les importateurs de riz. Chaque année, environ 2 millions tonnes de riz sont importés au Bénin. Une bonne partie de cette quantité est réexportée vers le Nigeria. Les restrictions envisagées par le Nigeria actuellement concernant ce produit de première nécessité, cela implique que les commerçants de riz feront une mauvaise affaire. L’offre pouvant donc être plus forte que la demande locale, ils seront contraints peut-être de revoir à la baisse le prix du riz.

Parlant de mauvaises affaires, les importateurs de véhicules d’occasion en connaîtront aussi. Les véhicules d’occasion sont sur la liste rouge du Nigeria. Transitaires, douanes et donc les caisses de l’Etat en souffriront sans rien y pouvoir.

Mais dans l’immédiat, c’est la flambée des prix des produits pétroliers qui se fait constater. L’essence de contrebande a augmenté de prix dans les rues de Cotonou et autres grandes villes. La sortie de ce produit du Nigeria vers le Bénin étant devenue impossible. Des heures chaudes attendent donc les Béninois… Mais aussi les Togolais et Ghanéens. Les Nigerians be manqueront pas aussi de souffrir de cette mesure du gouvernement fédéral.

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires