Salamin Magazine

Bénin / Crise électorale : Les évêques réitèrent leur offre de médiation et indique les conditions pour une réconciliation

La Conférence épiscopale du Bénin continue de s’inquiéter au sujet de la situation sociopolitique notamment la crise post électorale au Bénin. Elle a fait un nouveau diagnostique de la situation lors de ses assises au séminaire de Tchanvédji du 21 au 23 mai 2019. « Sur le plan sociopolitique, la Conférence épiscopale du Bénin avec regret la déconstruction progressive de l’esprit et surtout de l’héritage de l’historique conférence des forces vives de la nation », constatent les évêques. Fort de ce climat de crise, la conférence épiscopale invite « tous les acteurs politiques de notre pays à renouer avec les principaux acquis de cet événement majeur et fondateur de notre histoire commune ».

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir agi. Les évêques avaient fait maintes interventions sans issue favorable. « « Malgré leurs multiples démarches et interventions en vue de l’organisation d’élections législatives inclusives, les évêques du Bénin ont vécu avec amertume la poursuite du processus électoral qui a abouti à l’installation d’un nouveau parlement sans les partis de l’opposition, de même que la vague des violences post-électorales qui ont occasionné des pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels », précise le communiqué des évêques du Bénin.

Loin de se décourager, ils restent les mains tendus aux parties pour des discussions sincères pouvant conduire à la réconciliation. « Les évêques du bénin renouvellent à l’endroit des acteurs politiques de tous bords leur offre de médiation impartiale en vue d’une vraie réconciliation entre les filles et fils du Bénin », réitèrent les évêques.

Et pour que ce dialogue aboutisse, il est nécessaire qu’il soit préparé avec tous les acteurs politiques, y compris s=ceux en exil. « En prélude au dialogue, la Conférence épiscopale du Bénin plaide auprès des autorités pour le retour au bercail des filles et fils du Bénin contraints à quitter le territoire national pour une raison ou une autre, la liberté totale des libertés d’expression et de mouvement par tous les citoyens et enfin la restauration d’un climat de paix et de confiance dans le pays », plaident les évêques. Car selon eux, « tout pouvoir a besoin de contre-pouvoir pour son équilibre ».  

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires