Salamin Magazine

Bénin / Fermeture des frontières : Les producteurs de tomate en larmes

Mireille est productrice de tomate dans la commune de Grand-Popo depuis plusieurs années. Sur sa superficie, elle a récolté pour cette campagne une centaine de panier. A priori une bonne affaire pour elle car le climat était favorable.

Mais c’est sans compter avec la fermeture des frontières du Nigeria depuis le 20 août 2019. Une situation qui met au ralenti toutes les activités. “Nous étions déjà très heureux pour la récolte. Mais voilà que nous ne pouvons écouler nos produits sur le marché nigérian où se trouve notre principal client. Dans trois jours au plus, nos tomates vont pourrir”, se plaint la jeune dame ce mardi 17 septembre 2019. D’ailleurs, le long de la route inter-Etats, des dizaines de panier de tomates sont alignées et n’attendent que les éventuels acheteurs.

Comme Mireille, ils sont nombreux les producteurs de tomate à vivre le calvaire de voir leurs productions pourrir sans rien y pouvoir. Fermeture des frontières.
“Nous sommes asphyxiés économiquement. Depuis plus de 25 ans que je suis dans le secteur, je n’ai jamais assisté à une telle catastrophe. Des tomates pourrissent sans solution”, déplore Adeodja Amoussou, président de la chambre nationale d’agriculture du Bénin, face aux ministres de l’agriculture, et du commerce. Gaston Dossouhoui était dans les champs de tomates pour constater la situation.

“Au Togo voisin, l’Etat a instruit l’armée pour acheter les tomates auprès des producteurs. Nous pensons que cela est possible chez nous également. Ou alors que d’autres solutions soient trouvées”, propose Mireille. En attendant, une bonne partie des 200.000 tonnes de production de tomate produites annuellement au Bénin cherche preneur.

Pour sa part, le Ministre de l’agriculture a fait savoir aux producteurs toute la compassion du gouvernement qui s’emploie à trouver les solutions adéquates au problème.

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux