Salamin Magazine

Bénin / Justice : Léhady Soglo relaxé par la CRIET pour les faits de détournement et de corruption

L’ancien maire de Cotonou, Lehady Soglo, est en exil à Paris en France depuis juillet 2017. Il avait dû quitter précipitamment et dans des conditions non encore connues parents, collaborateurs et amis pour se retrouver dans l’Hexagone. C’était la solution trouvée par le fils Soglo pour ne pas séjourner à la Prison civile de Missérété où il était prédestiné apparemment.

A cet ancien maire de la ville de Cotonou, il était reproché des faits de détournement de deniers publics, de corruption et d’abus de pouvoir. Conséquence : la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, juridiction installée quelques mois plus tard est saisie de l’affaire.

Mais cela n’a pas empêché le président évincé de la Renaissance du Bénin, parti créé par sa mère Rosine Vieyra Soglo, de continuer son activisme politique. Réfutant les différentes accusations, il les qualifie d’acharnement politique. D’ailleurs, on y vient plus clair après le verdict de la CRIET ce mardi 30 juin 2020.

Au terme d’un procès auquel il n’a pu participer car étant en exil, Léhady Soglo a été acquitté pour les faits de détournement de deniers publics et de corruption. Il n’y a donc pas eu malversations à la mairie de Cotonou, selon les juges de la CRIET. Par contre, l’ancien maire a été condamné pour dix ans pour les faits d’abus de pouvoir et à 05 millions F Cfa d’amende et au payement de la somme de 267,005 millions F Cfa à titre de dommages-intérêts à l’Etat béninois constitué partie civile dans le dossier. 

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires