Salamin Magazine

Bénin / Législatives 2019 : L’Union africaine constate des incidents et appelle Talon à renouer le dialogue avec l’opposition


La Mission d’Observation Électoral de l’Union Africaine (UA) a animé, dans la matinée de ce mardi 30 avril, un point de presse à l’hôtel Golden Tulipe de Cotonou. Au menu des échanges avec les médias, les conclusions préliminaires issues de l’observation des élections législatives du dimanche 28 avril dernier.
Ecouter et s’informer dans le but d’apprécier le caractère des élections législatives du 28 Avril 2019. C’est le mandat confié à la Mission d’Observation Électorale de l’Union Africaine au cours du processus électoral au Bénin conformément aux dispositions pertinentes de la Charte africaine de la Démocratie, des élections et de la gouvernance entrée en vigueur le 15 février 2012.
C’est donc, au terme de son mandat que la mission a fait le point de son observation à la presse ce mardi 30 Avril 2019 à Cotonou. Pour Kone Aboubacar Sidiki, les élections législatives se sont déroulées dans un contexte marqué par une rupture de consensus au sein de la classe politique.
Résultant d’une volonté d’enclencher des réformes structurelles certes nécessaires pour la stabilisation du système partisan béninois, cette rupture de consensus a mis en mal le caractère ouvert, inclusif et compétitif qui a traditionnellement caractérisé les processus électoraux antérieures au Bénin.
La mission déplore ainsi les cas de violence survenus dans les départements du Borgou, des collines et du Zou qui ont été portés à son attention. La MOEUA a appelé toutes les parties prenantes au processus électoral et tous les acteurs politiques à la retenue et à prioriser le dialogue inclusif dans l’intérêt supérieur de la nation béninoise.
Elle formule des recommandations au gouvernement de privilégier l’approche inclusive et consensuelle dans la mise en application des réformes législatives et électorales à travers la mise place d’un cadre de concertation permanent entre les acteurs politiques et les autres parties prenantes et de renouer le dialogue avec l’opposition politique en vue de la mise en application des réformes plus consensuelles et l’apaisement de l’environnement politique, gages de l’organisation d’élections inclusives.
Elle recommande aux autorités électorales de mettre en place des cadres de concertation avec les parties prenantes et de promouvoir un climat de confiance, de renforcer les capacités des agents électoraux à travers une formation adéquate pour une meilleure appropriation des procédures et en enfin d’harmoniser l’application des procédures lors des prochaines échéances électorales.
Aux formations politiques, d’œuvrer à la consolidation de la paix à travers le maintien du dialogue politique et la recherche constante du consensus, réitère l’adoption d’un code de bonne conduite encadrant leurs différentes activités en particulier en période électorale afin de promouvoir une compétition politique saine.
A la société civile de poursuivre ses efforts de plaidoyer auprès du gouvernement et des forces politiques nationales en vue de préserver et de consolider la culture du consensus et de rétablir le dialogue politique au Bénin tout en poursuivant ses efforts d’éveil de la conscience citoyenne des populations et maintenir son élan de mutualisation des forces et ressources pour davantage de synergies d’actions dans le domaine des élections et de la gouvernance démocratique.

Gatien ELEGBEDE

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux