Salamin Magazine

Bénin / Législatives : Le ministre de la sécurité ne devrait pas être membre fondateur de parti politique

Le Parti Progressiste est né dans l’illégalité même si le certificat de conformité lui est délivré. C’est la position de certains juristes et acteurs politiques de l’opposition. Ils fondent leur affirmation sur la présence du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique dans le parti progressiste comme membre fondateur.

Selon l’Article 353 de la loi portant code électoral, « le ministre en charge de la sécurité publique assure la sécurité des citoyens et des opérations durant toute la période électorale, depuis la campagne électorale jusqu’à la proclamation définitive des résultats du scrutin ». Ce faisant, le ministre Sacca Lafia est un acteur majeur de l’organisation des élections législatives du 28 avril 2019.

De ce fait, sa fonction est incompatible avec le titre de membre fondateur de partis politiques au regard de l’article 14 de la Charte des partis politiques.

Selon cet article 14, « nonobstant les dispositions de l’article 13 ci-dessus, ne peuvent être fondateurs ou dirigeants d’un parti politique les personnes membres des institutions de I’Etat impliquées dans l’organisation des élections et dans la gestion du contentieux électoral ; Ies agents publics, en service dons les institutions de I’Etat impliquées dans l’organisation des élections et la gestion du contentieux électoral.

Tout membre ou agent public des institutions ou organisations sus-visées est mis en disponibilité de son parti politique dès sa prise de responsabilité dans lesdites institutions ou organisations.»

C’est donc surprenant que Sacca Lafia, vice-président et membre fondateur du parti progressiste et également le ministre de la sécurité, délivre le certificat de conformité à sa formation politique.

Par Elie HOUNKPATIN

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux