Salamin Magazine

Bénin/ Politique: Les ex cadres RB tombeurs de Léhady Soglo désormais moins visibles

Au Bénin, il s’observe un renouvellement de la classe politique ou une élimination progressive d’acteurs politiques majeurs auxquels n’échappent pas non plus des soutiens ayant rejoint la barque de la rupture. Tout porte à le croire à l’analyse de l’expérience spécifique des anciens cadres du parti la Renaissance du Bénin de la famille de l’ancien président de la République, Nicéphore Dieudonné Soglo. 

Par conviction personnelle ou non, Luc Atrokpo, Blaise Ahanhanzo, Georges Bada, Gildas Agonkan, Abraham Zinzindohoue et d’autres cadres de l’ex parti la Renaissance du Bénin (RB) avaient initié une fronde qui conduisit à la chute du président de leur parti d’alors, Léhady Vinangnon Soglo. 

Maires pour certains, députés avec renouvellement de mandat pour d’autres, maire à nouveau pour un seul d’entre les anciens maires et qui vient à peine de réellement démarrer ses fonctions du fait d’ennuis sanitaires, la question se pose de savoir ce que deviennent ces anciens renaissants, trois ans après leur historique exploit. 

Démissionnaire volontaire ou non quelques mois seulement après son installation au parlement de la huitième législature, Abraham Zinzindohoue depuis lors est sollicité sur des services de bons offices entre militants de l’Union Progressiste (UP) dont il assure la coordination des activités dans le département du Littoral. Ses camardes du même camp Georges Bada et Blaise Ahanhanzo respectivement maires des villes d’Abomey-Calavi et d’Abomey n’ont pu être maintenus dans leur fauteuil de maire bien qu’ils aient été réélus conseillers et que leur parti avait la possibilité de nommer leur successeur. Depuis, ils sont entrés dans l’anonymat. Le premier ne serait d’ailleurs pas loin de poursuites judiciaires dans le cadre d’affaires domaniales qui secouent depuis l’installation de son successeur, les anciens acteurs du secteur dans la commune. 

Celui qui aurait pu paraître le plus chanceux du groupe, ne peut pour le moment jouir de son transfert de la mairie de Bohicon vers la très convoitée mairie de Cotonou, la ville métropole du pays. Il était depuis moins d’une semaine après son installation officielle dans ses fonctions, parti en Europe pour des soins de santé suite à des problèmes de santé dont il s’est remis.

Les deux plus jeunes sont certes encore membres de l’Assemblée nationale mais avec une présence de moins en moins remarquable auprès de leurs militants. Jeunes, ils sont tous deux connus pour leurs initiatives à l’endroit notamment des jeunes en temps de vacances scolaires comme ceux ci qui s’achèvent sans qu’il n’ait été noté un déploiement particulier de leur part et pas plus qu’il n’ait été enregistré d’actions initiées par leurs soins dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie due au nouveau coronavirus. 

Ce tableau fait pousser dans les fiefs respectifs de ces ex mentors de la RB, de nouveaux acteurs tels que les nouveaux maires de Bohicon, Me Rufino d’Almeida, d’Abomey – Calavi, Angelo Ahouandjinou et d’Abomey, Antoine Djédou qui chacun travailleront pour compter dans la mobilisation politique en vue des échéances électorales à venir.

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires