Salamin Magazine

Bénin / Présidentielle 2021 : Des leaders se concertent pour la restauration de la démocratie

Les membres du cadre national de concertation des forces politiques, sociales et économiques pour la restauration de la démocratie et l’État de droit au Bénin sont connus. C’est Alexandre Hountondji qui est choisi pour diriger ledit Cadre. Les commissions techniques politiques, sociales et économiques seront gérées par  l’ancien député Amissétou Affo Djobo, l’ancien ministre Rogatien Biaou et l’ancien ministre Ali Houdou. La réunion consacrant leur installation a lieu dimanche 28 février 2021 à Cotonou. A l’ouverture des travaux de cette réunion, le président du comité d’organisation Rogatien Biaou a précisé l’esprit du cadre national de concertation des forces politiques, sociales et économiques pour la restauration de la démocratie et l’État de droit au Bénin. C’est pour lui, l’occasion pour les différentes forces vives de la nation venues de venues de part et d’autres de dire librement et sans contrainte ce qu’elles ressentent de «la situation politique délétère dans laquelle nous sommes plongés depuis le 6 avril 2016 ». Le recul démocratique, la violation de la constitution, l’adoption de lois liberticides, de textes scélérats, l’ignorance des règles et principes élémentaires de l’Etat de droit, sont entre autres les maux qui minent la démocratie béninoise, poursuit-il. Par la même occasion, Rogatien Biaou, a souhaité que «le débat ou dialogue de sourd par presse interposée » prend d’autres formes avec l’installation du cadre national de concertation des forces politiques, sociales et économiques pour la restauration de la démocratie et l’État de droit.

Pour Amissétou Affo Djobo, depuis avril 2016, «notre pays a basculé dans la dictature féroce ». Cette dictature «tue tous les jours les enfants du Bénin ». C’est pour renverser la tendance que l’installation des cadres de concertation décentralisés dans les 77 communes, dans les 546 arrondissements et dans les 5252 villages et quartiers de villes sans exclusion est mise en branle.

Pour exiger le respect du serment prêté et l’application des arrêts de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, les participants ont signé une pétition. Cette réunion des cadres de l’opposition politique a connu la participation de l’ancien Président Nicéphore Soglo.

.

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires