Salamin Magazine

Editorial : Novembre, le mois du début des grandes manœuvres politiques !?

Juin 2016,  le président nouvellement élu du Bénin, Patrice Talon effectue sa première visite à l’intérieur du pays. La société sucrière de Savè, en situation difficile a eu l’honneur d’accueillir le nouveau président, fin connaisseur des défis du secteur de l’industrie agricole. Alors, son engagement de faire renaître cette unité de transformation qu’il connut 30 ans plus tôt et pour laquelle il porte le rêve d’une prospérité et d’une duplication dans le pays, fut tel que le reporter Renaud Acakpo de la télévision nationale annonça à la fin de son beau reportage de cette première visite du président de la République, que « l’espoir est né » pour la renaissance de la SUCOBE. Plus de quatre ans après, cet espoir est toujours conjugué au futur et les membres du personnel de cette société, si émus par les annonces faites au cours de cette visite de juin 2016, continuent de serrer leur ceinture comme le chef de l’Etat l’a demandé à Parakou en novembre 2016: c’était sa deuxième sortie à l’intérieur du pays où il effectua des apparitions flash à Parakou, Djougou et Sèmèrè pour notamment encourager ses « partenaires circonstanciels » de la filière coton. 

Depuis lors, Patrice Talon s’est barricadé à Cotonou d’où il a effectué quelques sorties sur des chantiers en cours à la périphérie de Ouidah et d’Allada tous dans un rayon de moins d’une heure de route à partir de son bunkers. 

A environ six mois de la fin de son premier mandat à la tête de la République du Bénin, plusieurs sources dans son entourage annoncent la perspective de nouvelles visites aux contacts de ses compatriotes qui l’ont peu vu et qui ont à peine senti sa compassion et sa solidarité en des circonstances parfois douloureuses qu’ils ont connues comme les inondations meurtrières, la répression de manifestations pacifiques les 1er et 02 mai 2019 et autres. En prélude à cette tournée présidentielle qui s’annoncerait grande, plusieurs ministres sont depuis quelques jours en déplacements sur des chantiers de leurs départements ministériels respectifs. C’est le cas par exemple des ministres en charge de l’eau, des infrastructures routières et des sports qui ont chacun en ce le concerne, visité des chantiers dans plusieurs localités ces derniers jours. Certains de leurs collègues mobiliseraient déjà leurs directions et structures sous tutelle aux mêmes fins avant le démarrage de la tournée du chef de l’Etat prévue courant deuxième moitié de ce mois de novembre 2020. 

Novembre 2020, c’est le mois des premières grandes manœuvres politiques dans la perspective de l’élection présidentielle qui s’annonce controversée en 2021, en plusieurs de ses préalables. 

Pendant que l’opposition s’active de plus en plus en dépit des conditions difficiles de mobilisation et de proximité entre ses leaders et les populations, vu que la majorité est contrainte à l’exil et a trouvé refuge en des applications web de réunion en ligne, le pouvoir de Patrice Talon multiple les annonces et autres opérations de charme. 

Suspendu pour, avait on dit, l’améliorer, la subite annonce de la reprise des opérations de crédit du programme de microcrédits aux plus pauvres du Fonds national de Microfinance continue de susciter des commentaires en lien avec la mobilisation d’électeurs au profit du probable candidat du pouvoir à l’élection présidentielle de 2021. Il en est de même pour les nombreux milliards annoncés pour éponger une partie des dettes de rappels et autres avantages salariaux dus aux travailleurs sans oublier ni négliger l’historique décision d’autoriser les marches itinérantes de protestation organisées samedi 31 octobre 2020 à travers tout le pays par des organisations de femmes. 

Mais la saga qui s’annonce pour ce mois de novembre pourrait ne pas faire que d’heureux vainqueurs. Les organes en charge de l’actualisation de la liste électorale permanente informatisée (LEPI) devant servir pour l’élection présidentielle prochaine, ont prévu dans leur calendrier de prononcer au cours de ce même mois de novembre, la radiation de personnes décédées qu’ils estiment à plus de 500.000, de personnes condamnées par la justice à la perte de droit civique et d’éligibilité…

Dans cette dernière catégorie, il n’est aucun doute que ce sera l’ultime coup aux principaux adversaires du régime notamment l’ancien ministre d’Etat Komi Koutché condamné à 20 ans dans un procès qu’il continue de dénoncer, l’homme d’affaires Sébastien Ajavon condamné également à 20 ans et bien d’autres. Une sorte de reprise du scénario ivoirien avec Laurent Gbagbo, Blé Goudé et Guillaume Soro retirés de la liste électorale. Ce ne serait alors que le dernier coup fatal à l’opposition. Mais tout cela était bien prévisible !

La Rédaction

Site ouest-africain d'informations, d'investigations et de publicités

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles populaires