Salamin Magazine

France / Deuil : Robert Dossou et Reckya Madougou saluent l’humanisme de Jacques Chirac

Les hommages à l’ancien Président de la République Française décédé ce jeudi 26 septembre 2019 fusent de toutes parts. Plusieurs personnalités à travers le monde saluent « un grand homme ». Jacques Chirac était un homme politique français mais aussi un « ami de l’Afrique ». Au Bénin, les personnalités ne manquent de reconnaître les mérites de celui qui a été Président de la France du 17 mai 1995 au 16 mai 2007.« Je regrette amèrement ce monsieur. Je regrette son départ pour l’éternité…Je dois vous dire qu’il a été très sensible à un argument que j’avais lancé à l’époque en disant : la France a commencé à réfléchir à l’entrée des Africains sur son territoire et que cela ne nous encourageait pas. Et je pense qu’il en a tenu compte », a confessé l’ancien bâtonnier Robert Dossou.    

Reckya Madougou, ancien ministre de la justice du Bénin et actuellement conseillère spéciale du Président de la république Togolaise a aussi sa part de témoignage. Un témoignage qui porte sur ce qu’elle retient du départ de Jacques Chirac. « Je salue la mémoire de l’homme de culture universaliste et curieusement plutôt tiers-mondiste en dépit de son courant politique de droite. Depuis 2009, la fondation qui porte son nom s’est illustrée dans la lutte contre les faux médicaments. L’appel de Cotonou lancé sous le mandat et le leadership du Président Boni YAYI et dont feu Jacques Chirac était le porte-étendard mobilise désormais les acteurs de la santé et les gouvernants pour sauver des vies humaines qui auraient été perdues du fait de la contrefaçon des médicaments », a publié Reckya Madougou sur sa page facebook.

Elle tire d’ailleurs une certaine conviction de cet héritage de l’ancien Président Français : « Depuis quelques années, la fondation Brazzaville dont le siège est à Londres au Royaume-Uni et qui m’a fait l’honneur de me désigner dans son board (Conseil d’administration), aux côtés de l’ancien Président Nigérian Olusegun Obasanjo et d’autres leaders du monde, poursuit ce combat. Créée en 2014, cette remarquable fondation conduit une initiative sur les médicaments falsifiés et sous-standards. En juin 2019, elle a à Marrakech évalué  les avancées dans ce domaine et préparé la grande conférence sur les médicaments sous-standards et falsifiés qu’accueillera Kigali, la capitale du Rwanda avant la fin de l’année 2019 ». 

Grande leçon à tirer du parcours de l’illustre disparu selon Reckya Madougou : « Ce qui fait d’un Homme politique un Homme d’Etat, c’est son Humanisme, ce qu’il ressent au contact de son peuple, des autres, sa capacité à appréhender les vulnérabilités… Cela, aucune accumulation de richesses ne peut permettre de l’atteindre. Faisons de notre vie politique une source d’inspirations utiles et non pas des pages tristement célèbres à simplement tourner ».

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux