Salamin Magazine

Frontière burkinabè de Cinkasse: Les 1000 Fcfa du Silence

Les pieces d’identité et autres titres de voyage ne suffisent pas pour passer la frontiere entre le Togo et le Burkina faso à Cinkassé. Il faut en plus pour les voyageurs, un précieux cesame: Un billet de 1000f Cfa.

« Voyageur Sadya Kassongo (Nom d’emprunt) donnez 1000 FCfa !» La jeune étudiante de 24 ans en partance de Cotonou pour Ouagadougou ce dimanche 23 février 2019 ne s’en revient pas devant cette injonction du gendarme burkinabè à la frontière de Cinkassé. « C’est pourquoi faire », rétorque-t-elle sans attendre. L’agent n’a pas le temps. Il dépose sa carte et appelle un suivant qui s’exécute sans rechigner. Le troisième appelé demande à son tour pourquoi il doit payer, tendant son carnet de vaccination. « Pas besoin. Envoie les 1000F », enjoint le policier. Celui-ci réclame alors un reçu. Silence de l’agent. La trentaine de voyageurs finit par s’exécuter. C’est la condition pour retrouver sa pièce d’identité récupérée à la descente du bus par les agents en poste au niveau de cette frontière entre le Togo et le Burkina Faso.


« Difficile de rallier le pays des hommes intègres sans se soumettre à cet acte de corruption », laisse entendre un habitué du tronçon, consolant les autres voyageurs. Ce qui irrite Sergino A. Face à cette situation, c’est « le silence catégorique des gendarmes » face à toutes les interrogations. Comme lui, les autres voyageurs, dépités, rejoignent le bus de transport en commun qui les emmène vers Ouagadougou, non sans jeter un coup d’œil sur cette belle inscription « L’intégration régionale en marche ».

Cette inscription n’empêchera pas non plus les agents du poste d’immigration situé un peu plus loin de percevoir leur billet également. 1000f ou rien.

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux